EDF veut installer une ligne THT en plein Paris en taisant les risques électromagnétiques

Durée de lecture : 2 minutes

11 juin 2013 / Robin des Bois

Entre le 10e et le 19e arrondissement de Paris, EDF veut enfouir une ligne à très haute tension. Mais sans indiquer aucun élément de mesure d’exposition aux ondes magnétiques. Quand EDF installe une ligne en milieu rural, elle se soucie plus de la santé des vaches que, en milieu urbain, de celle des riverains.


Une enquête publique privée de visibilité et de retentissement s’est terminée le 31 mai à Paris.

Pour sécuriser l’alimentation de l’est parisien en énergie électrique, deux postes de transformation EDF dans le 10e arrondissement et dans le 19e arrondissement vont être agrandis et reliés par une ligne souterraine Très Haute Tension de 225.000 volts dans le quartier de Belleville à Paris (entre la rue de l’Atlas et la rue du Buisson Saint-Louis).

Les risques d’exposition aux champs électromagnétiques sont très mal évalués dans le dossier d’enquête publique. « Ils ne dépasseront pas les normes en vigueur » rassure EDF.

Rien ne le prouve. Rien ne prouve non plus que ces normes en vigueur prennent en compte tous les risques sanitaires. Parmi eux sont évoqués le risque de leucémie pour les enfants, de même que les migraines, les troubles du sommeil, de la mémoire, de la concentration pour l’ensemble des populations. Le tracé de la galerie souterraine existante dans lequel les câbles seront engainés et la hauteur de plafond de cette galerie par rapport à la voirie et aux trottoirs sont inconnus. Les rues sous lesquelles serpentera la ligne THT d’une longueur d’environ 400 mètres sont étroites.

Aucun élément de mesure d’exposition aux ondes magnétiques dans des circonstances strictement analogues n’est communiqué dans le dossier. De nombreux logements et activités commerciales sont au rez-de-chaussée, des bureaux sont exploités à l’entre-sol, des terrasses de cafés ont pignon sur rue. De nombreux riverains et usagers seront victimes d’une exposition rapprochée et inconsciente aux champs électromagnétiques.

Moins de précaution pour les humains que pour les vaches

Quand EDF installe une ligne haute tension, en milieu rural, elle se soucie un tant soit peu de la santé des vaches, en milieu urbain elle ne se soucie pas des riverains. Une réunion de concertation a eu lieu l’année dernière mais c’était en petit comité : élus, préfet de Paris, EDF, RTE.

Normalement, un plan de contrôle et de surveillance des niveaux de champs électromagnétiques est obligatoire pour les lignes de 225.000 volts aériennes ou souterraines ; toutefois comme en fonctionnement normal l’intensité maximale de cette ligne sera inférieure à 400 ampères, ce suivi n’est pas obligatoire.

Le dossier fait ressortir par ailleurs des éléments concrets qui ne plaident pas en sa faveur. Un méga transformateur situé dans un des deux postes EDF contient 40 tonnes d’huiles contaminées aux PCB. Les terres à excaver contiennent « des teneurs anormalement élevées en plomb, en zinc, en mercure ».

Là encore, selon le dossier, pendant les travaux il n’y a aucun risque d’envol et d’inhalation pour les riverains, les patients du centre médical et les enfants du groupe
scolaire voisins. Il n’y a aucun risque non plus pendant l’exploitation en cas d’incendie des transformateurs.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Robin des Bois

Photo : Next-up.org

Lire aussi : Téléphone et ondes : le gouvernement fait le jeu des compagnies

18 septembre 2019
Climat : de la prise de conscience à la conscience politique
Édito
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
19 septembre 2019
En France, une sécheresse qui n’en finit pas
Info




Du même auteur       Robin des Bois