EPR de Penly : l’enquête publique attendra

Durée de lecture : 1 minute

27 septembre 2011 / Robin des Bois

Malgré Fukushima, le gouvernement voudrait lancer rapidement l’enquête publique sur un projet de réacteur EPR à Penly. Le le Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire lui suggère d’attendre.


Suite à la saisine de Robin des Bois, le Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire (HCTISN) met en garde le gouvernement sur le lancement anticipé de l’enquête publique sur le projet EPR de Penly en Haute Normandie. Robin des Bois est membre du Haut Comité. L’avis est disponible sur le site Internet du Haut Comité, après que tous les ministres concernés en aient été informés.

L’ASN (Autorité de Sûreté Nucléaire), l’IRSN (Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire) et le CEA (Commissariat à l’Energie Atomique) ont approuvé cet avis et considèrent que le lancement dès le mois d’octobre de l’enquête publique tel qu’il est souhaité par EDF, le ministre de l’Industrie et le préfet de Haute Normandie ne serait pas compatible avec le calendrier des Evaluations Complémentaires de Sûreté dîtes « stress-tests ».

Ces évaluations ont été déclenchées après l’évènement de Fukushima à la demande du Premier Ministre et le Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire y est étroitement associé. Les conclusions de ces travaux ne seront pas rendues avant la fin de l’année.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Communiqué de presse de Robin des bois

Ecouter aussi : Pourquoi vous opposez-vous à la création d’un EPR à Penly ?

16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info




Du même auteur       Robin des Bois