EXCLUSIF : Hervé Kempf : « Je suis un objecteur de croissance »

Durée de lecture : 2 minutes

16 décembre 2009 / Reporterre

Exclusif : au prix d’efforts indescriptibles, Reporterre a réussi à interviewer Hervé Kempf. Il nous déclare : « Oui, je suis un objecteur de croissance. »


Vincent Cheynet, du journal La Décroissance, s’interroge : « Hervé Kempf est-il devenu un objecteur de croissance ? »

Reporterre a cherché le dit interrogé pour mettre les choses au clair. Au prix d’efforts remarquables, nous l’avons déniché en train de roupiller gravement.

Reporterre - Etes-vous devenu objecteur de croissance ?

Hervé Kempf - Je suis objecteur de croissance. J’ai bien dû le devenir à un moment ou à un autre, mais je ne saurai vous dire quand. J’ai fait pas mal de conférences depuis deux ans, où je répond souvent à des questions sur la décroissance, et je me range alors comme « objecteur de croissance ». Il faudrait réécouter tout ça, mais entre nous, ce serait un peu répétitif. En revanche, j’aimerais bien retrouver une tribune que j’ai écrit dans Libération vers 1993 et qui attaquait frontalement l’idéologie de la croissance. Je vais fouiller les archives quand j’aurai le temps et je vous communiquerai l’article. Vous savez faire des PDF ?

Euh, non, mais ce n’est pas très compliqué, je crois. Hmm. Mais revenons à nos moutons. M. Cheynet vous qualifie « d’adversaire » et « d’ennemi de la décroissance ». Comment réagissez-vous ?

J’ai beaucoup d’amis avec lesquels je ne suis pas d’accord sur tout. Et le fait de ne pas être d’accord ne signfie pas que je suis un « ennemi » ou un « adversaire ». En résumé, je ne suis ni un ennemi ni un adversaire de la décroissance, et j’ai beaucoup d’amis qui se disent « décroissants » sans, à vrai dire, en faire un fromage. Vous pouvez témoigner, à Reporterre, que je vous envoie beaucoup de textes sur la décroissance. Tenez, cherchez le mot « décroissance » dans la fonction « recherche ».

Oui, mais...

Ecoutez, vraiment là, excusez-moi, mais... En fait, là je bosse comme un fou sur cette affaire de Copenhague, et à l’instant, un coup de fil m’oblige à partir. Je voulais juste vous dire : je répondrai en détail et en public, sur votre site, si vous voulez bien, au texte de Vincent Cheynet. Mais je veux le lire au calme - je ne l’ai même pas lu complètement -, pour réfléchir à froid. Je crois aux vertus du débat, et je suis très heureux de le faire avec Vincent, comme cela nous est déjà arrivé, par courriels et parfois en public, courtoisement, et j’espère, amicalement. Laissez-moi sortir de Copenhague, et prendre un peu de temps. A bientot.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre

L’article de Hervé Kempf dans Libération en 1993

Et en PDF :

Complément d’information : Article de Hervé Kempf dans Le Monde présentant le numéro spécial de Silence qui a lancé l’idée de décroissance en février 2002 :

Lire aussi : Objecteur de croissance, pas décroissant http://www.reporterre.net//spip.php...



Documents disponibles

  Sans titre   Sans titre
2 avril 2020
La crise sanitaire est l’occasion de réfléchir à la décroissance choisie
Tribune
1er avril 2020
Confinés à quai, les marins ne vont plus au large
Reportage
2 avril 2020
Face au coronavirus, des collectifs appellent à la « grève des loyers » en Espagne
Info




Du même auteur       Reporterre