Economie et spiritualité, dialogue en mai

Durée de lecture : 3 minutes

22 mars 2012 / Centre Sainte Croix


Du 25 au 28 mai, Colloque organisé à l’initiative du Centre Sainte Croix, à Monestier (Dordogne)
avec Patrick VIVERET Philosophe
Jean-Baptiste de FOUCAULD -Démocratie et Spiritualité
Hugues SIBILLE Crédit Coopératif
Philippe DAUTAIS Prêtre orthodoxe
Alain PHILIPPE Fondation Macif
Olivier DUBIGEON Expert international

Le constat

Depuis 20 ans, nous voyons s’amplifier d’une manière exponentielle les dérives d’un système qui a montré son visage dans les crises financières de 2007 et 2008. La démesure de l’économie spéculative par rapport à l’économie réelle, la dégradation du capital naturel conjointe aux désastres écologiques, la disproportion croissante entre les salaires les plus hauts et les plus bas, le triomphe de l’injustice et des inégalités sociales, la flambée de la corruption, le rapport inversé entre développement économique et développement humain, la pression psychologique due à
la compétition à outrance, la crise de la dette sont le triste constat d’un système à bout de souffle inscrit dans une logique mortifère.

Les racines de la situation et son remède

Inversion moyens / finalité. L’économie et plus encore l’argent au lieu d’être mis au service de l’Homme et de la préservation de la nature sont devenus une finalité. La finance a pris la première place, le profit est devenu un objectif et l’homme a été instrumentalisé, réduit au rôle de producteur/consommateur, pour alimenter la croissance du PIB érigé
en condition du progrès et en salut social.

La perte du sens a entrainé l’asservissement au monde par la perversion du désir qui, par l’exacerbation de la convoitise, de l’envie et de l’avidité, est devenu le moteur de l’économie. La racine de la crise est dans le coeur-esprit de l’Homme, elle est spirituelle. Sans un changement de notre vision du monde, de nos mentalités formatées alliés à une réforme de nos comportements, nous ne pourrons sortir de la logique actuelle qui nous conduit dans l’impasse. Le levier de la mutation de nos sociétés est en chacun de nous. Il nous revient la responsabilité de réenchanter
le monde par nos choix éthiques et solidaires.

Des réponses concrètes

Quelles réponses apporter à un phénomène qui semble échapper à tout contrôle ? Des alternatives concrètes existent, elles sont nombreuses, sans qu’il soit nécessaire de diaboliser la mondialisation, le
développement ultra libéral de l’économie, mais plutôt de les réguler et de les rééquilibrer. Ces alternatives nous rappellent que nous pouvons être les acteurs responsables de la mutation de nos sociétés au lieu d’en être les victimes.

Une insurrection des consciences fondée sur des valeurs spirituelles est nécessaire pour replacer la justice sociale alliée à la solidarité, l’urgence écologique alliée à une refonte anthropologique, la priorité des liens sur l’économie des biens au coeur de la société de demain.

Le but de notre rencontre est donc d’aiguiser notre conscience, d’apporter des réponses concrètes, de faire découvrir les réalisations existantes notamment en matière d’économie sociale, de montrer ce que nous pouvons faire localement tant sur le plan social que professionnel, de nous donner les outils qui nous permettront d’être des acteurs responsables de notre devenir commun.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Centre Sainte Croix

Consulter par ailleurs : DOSSIER : Ecologie, spiritualité et sens de la vie

27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage