Éloge du recyclage

15 novembre 2014 / Jacques Boutault



15 novembre, journée du recyclage : ah bon ? En tout cas, une bonne occasion pour célébrer les vertus de la ré-utilisation, qui présage « une nouvelle société fondée sur le partage et la sobriété ».


En ce mois déjà chargé de commémorations, il me semble important de mettre en lumière la date du 15 novembre. Ce samedi est en effet la journée mondiale du recyclage. Même si le mot est un peu galvaudé, le recyclage est un indispensable combat politique.

A la croisée de la transition énergétique et de l’économie circulaire, le recyclage est un élément de la résolution des problèmes environnementaux qui menacent la stabilité et le fondement même de nos sociétés. Avec lui, nous prenons conscience que les menaces environnementales ne sont pas une fatalité : les activités humaines sont devenues largement responsables de la dégradation de l’environnement.

Les économies, dopée aux profits et à la consommation, n’intègrent pas la nécessité de recycler et de préserver les ressources, ce faisant elles remettent en cause l’existence même des écosystèmes dont l’humanité dépend. Recycler permet de faire d’une pierre deux coups : éviter les pollutions supplémentaires et préserver des ressources.

Un nouveau projet de société

Préserver les ressources et protéger l’environnement constituent un nouveau projet de société. Cette nouvelle société qu’il nous faut inventer se fonde sur le partage et la sobriété. C’est sur ce partage et cette sobriété que la démocratie elle-même peut être refondée.

Concrètement, que faire ? En tant que maire du IIe arrondissement de Paris, mon travail consiste à organiser avec nos équipes municipales de nouvelles méthodes, à favoriser de nouvelles filières, et pour le dire simplement, de nouvelles façons de faire. L’arrondissement a ainsi récemment mis en place le recyclage des déchets organiques dans la restauration scolaire. C’est une étape dans un projet global.

Après la mise en régie publique de la collecte des déchets dans l’arrondissement, l’alimentation bio et le jeudi végétarien dans les cantines des écoles gérées par la mairie, la création d’une filière « bio-déchets » dans la restauration scolaire complète le cycle. Les déchets organiques (alimentaires mais aussi les serviettes en papier) sont collectés séparément et transformés en énergie par méthanisation.

Grâce aux efforts des élèves et du personnel de la restauration scolaire, nous sommes invités à changer et à améliorer nos habitudes pour ne plus considérer les déchets comme des rebuts inutiles et sans valeur.

Organiser le changement

En réalité, il n’appartient qu’à nous de les valoriser et de les faire revenir dans le cycle de production et de consommation. Les déchets et la pollution, tout comme les catastrophes provoquées par notre système économique productiviste, ne sont pas une fatalité, car s’ils sont bien sûr inhérents à notre mode de vie, nous savons aussi qu’il est possible de changer. C’est ce changement qu’il nous faut organiser.

La collecte des déchets organiques dans le IIe arrondissement est emblématique ne nos efforts pour faire de cette parcelle de notre ville et de notre planète un lieu de citoyenneté écologique. Car pour nous écologistes, au-delà des clivages partisans, dans ce monde globalisé et organisé par des dogmes économiques absurdes (la croissance, le libre-échange, la « rationalité » de l’économie de marché), l’écologie est l’avenir de la citoyenneté et une condition essentielle d’une vie démocratique.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Courriel à Reporterre.

Jacques Boutault est maire du IIe arrondissement de Paris.

Photos :
. chapô : Pixabay
. verres : Flickr

Lire aussi : Ces millions de cartouches que les fabricants d’imprimantes refusent de recycler


Merci de soutenir Reporterre :

22 septembre 2017
À Marseille, Macron interpellé sur un projet immobilier menaçant un site antique
Enquête
22 septembre 2017
Les femmes restent exclues de la politique
Tribune
22 septembre 2017
Des coursiers à vélo veulent dépasser l’ubérisation par la coopération
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre



Du même auteur       Jacques Boutault