En Afrique, des maïs résistant à la sécheresse ont été mis au point sans recours à la transgenèse

Durée de lecture : 2 minutes

3 février 2014 / Isaac Khisa (The East African)

Des chercheurs en biologie des plantes d’Afrique de l’Est ont développé dix nouvelles variétés de maïs. Développées de manière traditionnelle, ces variétés sont plus résistantes à la sécheresse, en réponse à l’évolution des conditions météorologiques dans la région.


Quatre variétés de maïs résistantes à la sécheresse ont été lancées en Ouganda, trois au Kenya, et trois sont au dernier stade avant leur commercialisation en Tanzanie.

Le développement de ces variétés de maïs résistantes à la sécheresse, dont les recherches ont commencé en 2007, a été réalisé en collaboration avec la Fondation africaine de technologie agricole (AATF) sous l’égide du Projet Afrique de maïs résistant à la sécheresse.

Godfrey Asea, chef d’équipe du programme des céréales à l’Institut National des Ressources agricoles de l’Ouganda a déclaré que la distribution des variétés résistantes à la sécheresse pour les agriculteurs va commencer en Juillet 2014.

"Le maïs que nous avons développé se comporte bien dans les environnements secs et comportant des précipitations. Il résiste aussi bien aux ravageurs qu’aux maladies."

De nouvelles variétés

Le Dr Asea a déclaré que les nouvelles variétés de maïs - UH5354, UH 5355, WE 2114 et 2115 - sont en cours de multiplication par la Nalweyo Seed Company et le Care Centre des intrants agricoles Ltd.

La sécheresse est devenue une menace sérieuse pour la production de maïs dans la région en raison de l’évolution des conditions météorologiques induits par le changement climatique.

Les chercheurs du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale, dans le cadre de son programme sur le changement climatique, l’agriculture et la sécurité alimentaire, estiment que les températures en Afrique de l’Est sont susceptibles d’augmenter de 1,3 degrés Celsius à 2,1 degrés Celsius d’ici 2050.

La productivité des cultures dans la région pourrait donc souffrir compte tenu de la forte dépendance de l’agriculture à la pluie.

Le Dr Francis Nang’ayo, directeur des affaires réglementaires de l’AATF, organisation qui opère dans 10 pays africains, a déclaré que les organisations, en collaboration avec l’Institut de recherche agricole du Kenya qu’une variété avait déjà été lancée au Kenya et que deux autres lancements sont en cours.

Phases finales

« Les variétés sont dans les dernières étapes avant le comité d’évaluation et seront distribuées aux agriculteurs bientôt", a déclaré le Dr Nang’ayo .

En Tanzanie, le comité national des variétés a soumis à l’approbation du comité national des semences les trois variétés de maïs tolérantes à la sécheresse nouvellement développées pour les distribuer aux agriculteurs.

Les scientifiques effectuent également des essais, en milieu confiné, avec du maïs transgénique résistant à la sécheresse en Ouganda et au Kenya, qui devrait être commercialisé en 2017 après les approbations réglementaires.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : The East African

Traduit par Elisabeth Schneiter pour Reporterre

Photo : Jeune Afrique

Lire aussi : Des chenilles africaines résistent au maïs OGM

16 novembre 2019
Les Gilets jaunes ouvrent une Maison des peuples à Paris XXe
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto
15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »