En Espagne, les aéroports manquent de passagers, trente sont à fermer

Durée de lecture : 1 minute

20 janvier 2014 / Isabelle Blanco (Air Journal)



Selon la presse ibérique, l’Espagne songerait à fermer, au moins partiellement, environ trente aéroports sur les quarante-sept que gère l’exploitant aéroportuaire public AENA. Ils accueillent trop peu de passagers pour être rentables.


Face à la crise économique, l’Espagne pourrait repenser sa couverture aéroportuaire. En effet, nombre de ses aéroports enregistrent un fort déficit. Certains restent ouverts et emploient toujours du personnel, alors même qu’ils ne proposent plus aucun vol.

Afin de réduire les coûts, le ministère espagnol de l’Industrie envisage désormais de maintenir une trentaine d’aéroports fermés une partie de l’année. Parmi les plates-formes concernées, la presse ibérique cite le cas de Badajoz, près de la frontière portugaise, dont le dernier vol remonte à janvier. L’aéroport d’Huesca, au nord, pourrait subir le même sort. Seuls 2 781 passagers y sont passés l’année dernière, essentiellement en hiver.

Quant aux deux principaux aéroports du pays, Madrid-Barajas et Barcelone-El Prat, ils cumulent à eux deux une dette de près de huit milliards d’euros, selon un rapport de la Fedea (Fondation pour les études économiques appliquées). En 2011, l’Espagne avait envisagé de les privatiser, mais avec la crise économique, ce projet est remis à plus tard.





Source : Air Journal

Lire aussi : A Chateauroux, un immense aéroport presque inutilisé

18 septembre 2020
« Les retenues d’eau aggravent la sécheresse, et la vulnérabilité de l’agriculture »
Entretien
18 septembre 2020
La folie des projets routiers continue, malgré de farouches luttes locales
Info
19 septembre 2020
Le traité Mercosur aurait des conséquences désastreuses pour l’Amazonie
Info