En Inde, la bataille des Dongria contre la mine de Vedanta se poursuit durement

Durée de lecture : 3 minutes

18 juin 2013 / Survival International


En Inde, lors d’une manifestation de protestation, les Dongria Kondh ont fait le serment de défendre leur montagne sacrée de Niyamgiri contre le projet d’une mine à ciel ouvert du géant minier britannique Vedanta Resources. Ils ont appelé à la remise en liberté des chefs de villages qui doivent impérativement être consultés sur le projet minier.

Le leader Lodu Sikaka s’adressant à des milliers de Dongria Kondh déterminés à sauver leurs collines a déclaré : ‘Nous n’allons pas laisser Niyamgiri disparaître… Que le gouvernement et la compagnie nous oppriment autant qu’ils veulent. Nous ne quitterons pas Niyamgiri, notre Terre Mère’.

En avril dernier, dans un jugement décisif, la Cour Suprême indienne avait rejeté l’appel de Vedanta pour obtenir l’autorisation d’exploiter les collines de Niyamgiri et avait ordonné la consultation préalable de ceux qui allaient être affectés par la mine.

Mais tandis que plus d’une centaine de villages seront affectés par la mine, seuls douze Conseils de villages (gram sabha) de la région des collines ont été invités à des consultations – un comportement arbitraire condamné par le ministre des Affaires tribales. La décision finale sera de toutes façons rendue par le gouvernement central.

Survival a reçu des informations alarmantes concernant la pression qu’exercent la police et les paramilitaires sur les Dongria, intimidant les habitants des douze villages. Une délégation de Dongria s’est rendue à la capitale de l’Etat pour porter plainte contre ce harcèlement et pour exiger que 150 villages soient inclus dans les consultations.

Les collines de Niyamgiri sont essentielles au mode de vie et à l’identité des 8 000 Dongria Kondh qui seront probablement anéantis par la mine. Les persécutions à l’égard de leurs leaders et des chefs de villages se sont récemment multipliées et plusieurs d’entre eux ont été arrêtés.

Lodu a continué devant la foule des manifestants : ‘Nous croyons en l’Etat, nous croyons en la démocratie. Qu’ils commencent par libérer tous nos leaders emprisonnés, alors nous prendrons part au gram sabha. Sinon, nous ne participerons pas !’

La lutte des Dongria a été comparée à celle des N’avi du film hollywoodien Avatar et a gagné le soutien de nombreuses célébrités dont Joanna Lumley et Michael Palin. Ce qui a eu pour résultat le retrait de plusieurs actionnaires de Vedanta, dont l’Eglise d’Angleterre et le gouvernement norvégien.

Stephen Corry, directeur de Survival International, a déclaré aujourd’hui : ‘Persécuter les chefs de villages avant de mener les consultations sur un projet minier envahissant auquel ils s’opposent depuis des années, n’est ni juste, ni démocratique. C’est un nouvel exemple de la manière dont les termes ‘droit’ et ‘consentement’ peuvent être manipulés par les gouvernements et les compagnies qui convoitent les terres tribales, quel qu’en soit le coût humain’.

Complément d’information :

Lire la lettre du ministre indien des Affaires tribales condamnant le fait que très peu de villages sont impliqués dans les consultations



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Survival International

Lire aussi : En Inde, une victoire du peuple Dongria contre la mine de Vedanta

12 novembre 2019
Près d’Orléans, les citoyens défendent la forêt contre les bulldozers
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »




Du même auteur       Survival International