En Lozère, EELV prend position contre l’éolien industriel

Durée de lecture : 3 minutes

19 mars 2012 / Claude Lhuillier

« Le développement des unités industrielles de production d’énergie renouvelable (éoliennes mais aussi fermes photovoltaïques) est un nouvel encouragement à la fuite en avant de la consommation énergétique, et vous n’avez aucune raison d’y sacrifier nos espaces naturels qui constituent la principale richesse non délocalisable de notre département. »


Madame, monsieur le maire,

Comme tous les maires et élus de la Région vous allez recevoir prochainement pour avis le projet de volet éolien du schéma régional « Climat-Air-Energie », lequel doit être adopté avant le 30 juin (ou au plus tard le 30 septembre 2012). Les grandes lignes de ce document sont connues et ont été présentées à Montpellier le 8 novembre dernier.

En Lozère, le Parc National des Cévennes et le grand site des gorges du Tarn et de la Jonte sont les seuls espaces naturels protégés juridiquement. En l’absence de tout autre type de zone protégée, le reste du département, comme 80 % du territoire régional, a été classé zone favorable au développement de l’éolien sous réserve de la prise en compte d’enjeux environnementaux jugés « forts ». Mais déjà et sans attendre la publication du schéma régional, 40 éoliennes tournent ou ont obtenu leur permis de construire. Six Zones de Développement de l’Eolien [ZDE] en cours d’instruction vont permettre la construction de dizaines de machines qui vont impacter lourdement nos paysages. L’approbation de ce Schéma Régional sera un nouveau pas dans cette direction.

L’abandon programmé de l’électronucléaire et la réduction de la dépendance vis à vis des énergies carbonées sont des objectifs impératifs pour notre survie. On ne pourra les atteindre sans, simultanément, mettre en œuvre des mesures massives de réduction de la consommation énergétique, encourager la sobriété et l’efficacité énergétique et développer les énergies renouvelables. C’est seulement dans ce cadre que le développement de l’éolien se justifierait. Alors et seulement alors, vous pourriez accepter de voir modifier les paysages auxquels nous sommes tous attachés, tout en cherchant bien sûr à en réduire les impacts.

Vous ne pouvez pas juger de l’intérêt d’un projet de production énergétique simplement à l’aune de ses retombées directes sur le budget de votre collectivité. Nous comprenons bien votre souci quotidien de recherche de financement, mais il serait dommage que le nécessaire débat sur la transition énergétique soit pollué par un probléme dont la solution est ailleurs.

Les collectivités locales, à une échelle restant à définir, doivent se réapproprier la politique énergétique :

- pour rapprocher les sites de production et les zones de consommation et diminuer ainsi les pertes en ligne (8% de la production) ;

- pour impulser au plus près des usagers une politique de sobriété et de lutte contre le gaspillage ;

- pour encourager les petites unités de production d’énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque,…) ;

- pour ne pas laisser les intérêts privés gérer un bien public vital ;

- pour lutter contre la précarité énergétique.

En l’absence d’une telle politique, le développement des unités industrielles de production d’énergie renouvelable (éoliennes mais aussi fermes photovoltaïques) apparaît comme un nouvel encouragement à la fuite en avant de la consommation énergétique, et vous n’avez aucune raison d’y sacrifier nos espaces naturels qui constituent la principale richesse non délocalisable de notre département.

Europe Ecologie Les Verts vous demande donc de rejeter le Schéma Régional Eolien tel qu’il va vous être présenté. La politique de transition énergétique et de préservation des espaces naturels que nous espérons mettre en œuvre avec tous les élus conscients des véritables urgences pour notre avenir redonnera tout son sens au développement des énergies renouvelables. Vous pourrez alors vous prononcer sur l’implication de votre territoire dans cette grande mutation écologique.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre. Lettre datée du 24 février 2012.

Claude Lhuillier est porte-parole du groupe Europe Ecologie Les Verts de Lozère.

Consulter par ailleurs : Dossier : l’éolien est-il écologique ?

19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien
21 septembre 2019
Le mouvement pour le climat mise gros sur la désobéissance civile
Enquête