En Lozère, l’impact paysager de l’éolien industriel est caché aux habitants

19 septembre 2013 / Collectif Terre de Peyre

A La Villedieu, en Lozère, une enquête publique sur un projet éolien industriel est en cours. Mais celle-ci est parcellaire et « oublie » de montrer l’impact qu’aura cette installation de grande envergure sur le paysage. Les citoyens s’en chargent.


Une enquête publique sur le projet éolien du village de La Villedieu (Lozère), est actuellement en cours, le dossier du projet est consultable en mairie de La Villedieu, et dans toutes les communes limitrophes. Vous pouvez même rencontrer le commissaire enquêteur, les jours indiqués dans l’arrêté d’ouverture (aller voir dans la ligne La Villedieu).

Nous pensons que vous pouvez aller dire au commissaire que l’on prend les habitants pour des demeurés ; nous avons consulté les documents du projet, il n’y a aucun photomontage montrant les impacts sur le village de la Villedieu.

Nous avons donc pris sur le dossier à l’enquête des clichés numériques permettant de vous mettre à disposition le document suivant, qui est un extrait de l’étude d’impact ; l’étude d’impact veut faire croire qu’il n’y a pas d’impact sur La Villedieu, donc on montre un bâtiment agricole, avec un angle de vue qui veut nous montrer que l’on ne verra pas les éoliennes depuis le village.

L’association des Robins de la Margeride, devant ce manque flagrant de clarté, pour ne pas dire un dossier volontairement manipulé, a réalisé un photomontage, à partir de données numériques altimétriques (un travail techniquement professionnel). Voir la photo ci-dessus.

Il faut savoir qu’un photomontage atténue la réalité du projet ; la réalité du projet sur le terrain sera tout autre, mais une fois construit ce sera trop tard.

Sur ce photomontage vous avez le groupe des 9 éoliennes de 126 mètres de haut de La Villedieu, et il a été mis sur la droite, l’amorce du projet éolien sur Estables.
Sur les crêtes il y aura bientôt plus d’éoliennes que d’habitants à La Villedieu ; et vu les impacts socio-économiques, il n’y aura à terme que des éoliennes, et plus d’habitants sur la haute Margeride, déja en voie de désertification.

Pour vérifier techniquement les impacts, il suffit de se procurer la carte au 1/25000 IGN (Saint Amans n°2637E série bleue) ; c’est la carte des randonneurs disponible dans toutes les librairies de la Lozère. Vous prenez une feuille blanche, une règle à échelle, et vous faites une coupe (la croix de Pitot- la villedieu- le projet), c’est du niveau d’un élève de 6e, et vous verrez que le village sera complètement dominé par les éoliennes industrielles, et que le projet se verra de partout aux alentours du village, les éoliennes étant perçues sur toute leur hauteur.

Bien entendu l’étude d’impact ne comporte aucune coupe sur le secteur du village, pour occulter les impacts visuels et paysagers inacceptables de ce projet éolien industriel.

Mais bien entendu, il y a plus de 200 pages de dossier à lire, avec des redites, du discours pro-éolien, et dans le cas des impacts paysagers sur La Villedieu, de la mauvaise foi, pour faire croire que c’est un bon projet qui va sauver la planète.

Notre Lozère a bien besoin d’un sursaut démocratique et éclairé. Elle a besoin que vous vous déplaciez, ou que vous écriviez au commissaire enquêteur, pour faire part d’un avis défavorable motivé sur ce très mauvais projet.

L’enquête publique se termine le 2 octobre 2013.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Collectif Terre de Peyre

Consulter par ailleurs : le DOSSIER : L’éolien est-il écologique ?



25 mai 2019
Radio Bambou : Le talent des jardiniers pour associer les plantes
Chronique
24 mai 2019
Radical et non violent, Extinction Rebellion secoue la politique britannique
Info
25 mai 2019
François Gemenne : « Le problème n’est pas tant le capitalisme que le court-termisme »
Entretien