En Seine-et-Marne, des militants pédagogues contre le gaz de schiste

Durée de lecture : 2 minutes

25 septembre 2012 / Eva Deront (Reporterre)


Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne)

« Gaz et pétrole de schiste, ni ici, ni ailleurs, ni aujourd’hui et ni demain » : telle était la devise des cinq cents personnes rassemblées à Tournan en Brie ce samedi 22 septembre, à l’occasion de la journée mondiale contre les gaz de schiste.

Venus des alentours de Paris, Lille ou Arras, citoyens, collectifs et élus ont dans un premier temps salué le rejet de sept permis d’exploration annoncé par François Hollande lors de la conférence environnementale. Au-delà de cette reconnaissance, tous ont néanmoins pris la parole pour exiger de plus amples engagements de la part du gouvernement : l’abrogation des permis d’exploration accordés en France jusqu’à ce jour (plus d’une soixantaine), ainsi qu’un moratoire sur les demandes futures. Ces deux mesures représentant une réponse directe aux pressions des industriels déjà présents sur certaines communes pour entamer des forages.

« Nous n’avons reçu aucune information et le maire reste injoignable à ce sujet » explique un habitant d’un village de Seine et Marne, découvrant il y a un an qu’une plateforme avait été installée sur sa commune pour un forage exploratoire. Les élus présents à Tournan éludent la question : le feu vert donné pour le début des explorations semble être systématiquement du ressort d’une autre autorité. Et chacun d’espérer que la future refonte du code minier viendra restaurer cohérence et démocratie…

Ce rassemblement et les trois autres manifestations ayant eu lieu le même jour dans le sud de la France, se déroulaient sous le mot d’ordre « no-fracking » (pas de fracturation), à grand renfort de panneaux explicatifs et de documentation sur les principaux risques liés à cette technique d’extraction : pollution des aquifères et utilisation massive des ressources en eau. Des menaces environnementales auxquelles les habitants de Seine et Marne, fréquemment soumis à des restrictions d’eau, sont particulièrement sensibles.

Mais les bénévoles présents sur les stands s’attachent également à souligner l’absurdité d’une nouvelle course aux ressources fossiles : « Le problème des hydrocarbures de schiste n’est pas seulement l’utilisation de la fracturation hydraulique, rappelle Hélène Gassin (conseillère régionale et vice-présidente de la région Ile-de-France). L’enjeu actuel est d’arriver à une meilleure maîtrise de notre consommation et de promouvoir le développement des énergies renouvelables. »

Hélène Gassin insiste sur la force de l’actuelle entente « apolitique et multiniveau » des élus, ainsi que sur le soutien sans faille des populations concernées. « Il n’y a même pas de débat concernant de possibles créations d’emplois. Que ce soit au niveau communal ou régional, le rejet est unanime. Nous voulons dire aux industriels : vous ne pourrez pas exploiter les ressources de notre sous-sol, passez votre chemin. »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source  : Reporterre

Lire aussi : Journée mondiale contre le gaz de schiste

17 septembre 2019
La Durance, une rivière asséchée par les barrages et le dérèglement climatique
Enquête
17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage




Du même auteur       Eva Deront (Reporterre)