En finir avec le travail gratuit des jeunes

Durée de lecture : 2 minutes

13 janvier 2009 / Génération Précaire



Martin Hirsch « Haut Commissaire à la jeunesse » ? Qu’il s’occupe des stages non rémunérés !

Génération-Précaire apprend avec intérêt la nomination de Martin Hirsch au poste de Haut Commissaire à la jeunesse. « La jeunesse quitte enfin le giron du secrétariat d’Etat aux sports, c’est déjà quelque chose » exprime Lionel de Génération-Précaire.

Nous comptons sur Martin Hirsch pour rompre avec le néant qui a marqué les 18 premiers mois du mandat de Nicolas Sarkozy en matière de politique de jeunesse. Cette nomination redonne un semblant d’espoir. Nous attendons que le haut commissaire prenne les décisions qui sauront restaurer la confiance au sein d’une jeunesse fatiguée par l’immobilisme du gouvernement et touchée de plein fouet par la crise. "Au possible, il est tenu !" complète Fanny en paraphrasant le slogan du haut commissaire.

Alors que Valérie Pécresse et Xavier Bertrand avaient promis une véritable régulation des stages, la question est enlisée au Comité des Stages (STAPRO), structure qu’ils ont créée mais dont ils négligent les recommandations.

La pléthore de stages peu rémunérés est pourtant responsable pour une bonne part de l’insertion catastrophique de la jeunesse française, à peine mieux lotie que la grecque et sa génération 600 euros. Rappelons qu’en France, le stage est une brèche dans le droit du travail qui permet à une entreprise a de recruter du personnel compétent et de le rémunérer 398,13 euros par mois. Dans la fonction publique, la rémunération des stages semble tout bonnement enterrée.

Au global, la pauvreté touche plus les 18-25 ans : selon les statistiques de l’Insee, 23,2% des femmes et 18,9% des hommes de cet âge vivent sous le seuil de pauvreté, contre 13,2% pour l’ensemble de la population.

Génération Précaire compte peser dans les concertations annoncées et exprimer ses attentes en matière d’orientation, d’insertion professionnelle, et de place faite à la jeunesse en France. « Le gouvernement ne pourra pas faire l’économie de la question des revenus et de l’autonomie des 18-25 ans » précise Julien du collectif Génération-Précaire.

D’ici là, les militants de Génération-Précaire seront présents dans les défilés de la manifestation interprofessionnelle du 29 janvier pour rappeler que les précaires sont les premières victimes de la crise économique.





Source : http://www.generation-precaire.org/

28 octobre 2020
Pour parler aux jeunes, le gouvernement mise sur les « influenceurs » des réseaux sociaux
Enquête
20 octobre 2020
« En Ouganda et en Tanzanie, les projets de Total engendrent famines et déscolarisations »
Entretien
27 octobre 2020
Des marins-pêcheurs troquent le chalut pour des bouteilles de plongée
Alternatives




Du même auteur       Génération Précaire