En vélo sans voiture, une journée. Seulement ?

Durée de lecture : 1 minute

22 septembre 2009 / Vélorution


22 septembre : Journée sans voiture !

Rendez-vous cycliste pour occuper la place de l’Étoile (Paris) à 18h30
très précises.

Qui se souvient de la Journée sans voitures ? Diluée petit à petit en
semaine européenne de la mobilité puis aujourd’hui en "semaine de la
mobilité et de la sécurité routière" dont personne n’entend parler, les
velléités politiques de diminuer l’emprise de la voiture sur les villes
ont cessé. La voiture est réhabilitée, et les piétons et cyclistes
stigmatisés comme facteur d’insécurité routière. Un tour de force contre
lequel nous allons tourner en rond.


À la fin de la « Semaine de la mobilité et de la sécurité routière » (!),
le jour de l’ex-journée-sans-ma-bagnole, rassemblement spontané contre l’immobilité écologique et pour le triomphe des cyclistes urbains.

Rendez-vous à 18h30 très précises pour tourner place de l’Étoile,
s’insérer dans le trafic et recycler de l’espace public au sol.

Les cyclistes montreront par l’absurde que, contre la pollution, tourner
en rond n’est pas la solution.

Restructurons nos villes,relocalisons nos activités, réduisons nos
besoins de transport.

Un seule solution : la Vélorution !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.velorution.org/articles/

Lire aussi : Une ccopérative vélorutionnaire à Paris http://www.reporterre.net/spip.php?...

17 octobre 2019
EN VIDÉO – Le 115 du particulier, une communauté autogérée d’anciens SDF
Alternative
17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien
16 octobre 2019
Une serre tropicale géante en projet dans le nord de la France
Info




Du même auteur       Vélorution