Enquête sur le maïs hybride, innovation agronomique au détriment de la biodiversité

Durée de lecture : 2 minutes

4 septembre 2019

Un livre enquête sur le maïs hybride : le « progrès » le plus célébré de la science agronomique, contre les agriculteurs et l’intérêt public mais au profit des semenciers.

  • Présentation du livre par son éditeur :

L’affaire Terminator et la contestation des OGM ont révélé au grand public que les grands semenciers sont prêts à tout pour empêcher les agriculteurs d’utiliser le grain qu’ils récoltent. Mais pour Jean-Pierre Berlan, ancien économiste de l’Inra, cette confiscation du vivant à des fins de profit ne date pas d’hier.

Dans la Planète des clones, il montre que la grande innovation agronomique du XXe siècle, le maïs hybride, relève de la même logique : faire croire que les semences mises au point par des chercheurs sont plus productives que le grain récolté dans les champs. Ce livre se lit comme une enquête policière et démasque l’imposture du progrès le plus célébré de la science agronomique.

  • Présentation du livre par son auteur :

Pourquoi l’exploitation de l’hétérosis, fondement scientifique de la technique de sélection du maïs « hybride », n’a en réalité rien à voir avec ce que fait en pratique le sélectionneur : tirer simplement parti de la variabilité naturelle des populations de maïs.

Comment cette technique dont l’impuissance à améliorer le maïs autrement qu’une seule fois et par une marge réduite aurait, dès 1908, sauté aux yeux libres de préjugés génétiques, a été célébrée depuis un siècle comme une manne génétique miraculeuse.

Pourquoi cette technique tournée contre les agriculteurs et l’intérêt public est devenue le paradigme de la génétique agricole et de la sélection dans le monde au nom d’une manne qui n’existe que dans l’esprit des généticiens, et au bilan comptable des semenciers.

Comment le principe de sélection par « isolement » issu de la Révolution industrielle anglaise – remplacer des variétés par des copies de la meilleure plante isolée au sein de la variété, par conséquent des clones – s’applique maintenant à tout, Dolly étant son dernier avatar. Cette sélection clonage a force de loi comme en témoigne l’uniformité industrielle accablante des cultures – et l’effondrement de la biodiversité.

Pourquoi, depuis un siècle, les sélectionneurs et généticiens du monde entier poursuivent l’objectif schizophrénique d’exploiter une hétérosis qu’ils n’arrivent ni à définir, ni à comprendre.

La Planète des clones dissèque la vache sacrée de la recherche agronomique mondiale – qui est, ce n’est pas un hasard, la vache à profit de l’industrie des pesticides et semences. Ce conte de fées radieux annonce, par les mêmes méthodes, un avenir encore plus radieux – les OGM, ou Clones pesticides brevetés (CCB !).

Caveat lector !



20 septembre 2019
Les simulations françaises décrivent un avenir catastrophique
Info
21 septembre 2019
EN VIDÉO - « Nous, Gilets jaunes, écolos, handicapés, paysans, travailleurs, avons un message commun »
Tribune
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage