Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

Tribune

Entrez dans l’Histoire, Monsieur le Président !

Lettre ouverte à François Hollande


Le XXI siècle est bien entamé, et pourtant les références du passé, celles de la révolution industrielle, dominent toujours. Si nous voulons que nos enfants vivent mieux que nous, un changement profond doit être entrepris.

Une logique guide cette transformation : obtenir deux fois plus de bien-être, en consommant deux fois moins de ressources. C’est sous cette forme d’équation positive que doit se lire le célèbre « facteur 4 ». La croissance de demain sera celle du bien-être et de la qualité de la vie.

L’humanité est parvenue à la fin d’un cycle, celui d’un « toujours plus » fondé sur la poursuite effrénée des prélèvements dans l’environnement. Nous savons que cette voie de développement mène à l’impasse. Il faut en trouver une nouvelle, au lieu de tenter, par tous les moyens, de faire perdurer l’ancienne. « Les problèmes importants qui sont devant nous ne peuvent être résolus par le genre de pensée qui les a créés », nous a appris Albert Einstein. Une autre croissance est possible, fondée sur la capacité humaine à valoriser les merveilles que nous offre encore la planète. Créativité, sensibilité, ingéniosité, innovation, écoute, échanges, solidarité, respect du vivant, doivent être les fils conducteurs dans le choix des techniques et dans les modes d’organisations sociales.

Nos sociétés vont vivre une mutation profonde. Il convient de mener à bien la transition entre un monde qui approche les limites de sa capacité de production, et un monde ayant trouvé un nouvel équilibre. Il reposera sur deux principes : efficacité et solidarité.

Efficacité, à savoir tirer tout le profit possible, en termes de service rendu, de la moindre unité de ressource produite par la planète, pour faire baisser la pression sur l’environnement, renforcer la productivité des milieux, réduire nos rejets dans l’air, les eaux et les sols.

Solidarité pour assurer à chaque être humain un accès équitable à ces ressources, et permettre à chacun d’apporter sa contribution au développement de l’humanité.

Dans ces deux domaines, la vieille Europe a une longueur d’avance. Pauvre en matières premières, elle a cherché depuis longtemps à les économiser. Elle a développé une culture de l’efficacité et de la performance dans l’utilisation et la protection des ressources. Elle continue à en chercher ailleurs dans des conditions parfois douteuses, comme le pétrole et l’uranium, et aussi les poissons pour notre alimentation (bien que la France soit la deuxième puissance maritime au monde, nous importons plus de la moitié des poissons que nous mangeons, et cette proportion va toujours croissant), mais elle a aussi développé une culture de l’efficacité et du recyclage. Elle peut évidemment mieux faire car elle dispose d’un authentique ferment culturel et de nombreux savoir-faire.

Pour la solidarité, les différents pays d’Europe ont développé, chacun à leur manière, des organisations sociales, familiales et de santé très performantes, même si elles sont souvent attaquées. Ajoutons les nombreuses ONG et autres agences de solidarité Nord Sud.

Ce sont là nos atouts pour changer d’époque, et entrer dans le monde de demain. Le futur « pacte de croissance », et le message que vous délivrerez, au nom de la France, au sommet Rio+20, doivent traduire ce changement de cap historique, au sens plein du terme.

Il faut faire un pari sur l’Homme et sa capacité de « métamorphose ». Monsieur le Président, Le changement durable, c’est maintenant !
A l’aube de votre quinquennat il vous revient de négocier un virage exemplaire. C’est là que vous avez rendez-vous avec l’Histoire.


📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende