Espèces menacées : le business de l’extinction animale

Durée de lecture : 1 minute

26 octobre 2019 / Association Robin des Bois



Cet « Atlas du business des espèces menacées », de l’association Robin des Bois, expose la mondialisation et la diversification de la contrebande du vivant : le business de l’extinction animale étend sa toile sur la terre entière.

  • Présentation de l’ouvrage par son éditeur :

Éléphants, rhinocéros, tigres, faucons, concombres de mer, totoabas ou tortues étoilées de l’Inde… Le business de l’extinction animale étend sa toile sur la terre entière avec un chiffre d’affaires annuel évalué à au moins 14 milliards d’euros et des profits qui augmentent de 4 à 5 % par an.

Le marché des animaux de compagnie, la course à l’exotisme et la recherche de prétendues vertus curatives et aphrodisiaques emballent le moteur de cette apocalypse.

L’ONG Robin des Bois traque dans le monde entier les actes de braconnage et de contrebande tels qu’ils sont rapportés par les rangers, les douanes, la presse internationale et locale et les institutions judiciaires pour dénoncer la cruauté, la violence, la corruption et l’inventivité des modus operandi de chaque filière.

Les textes et cartes présentées dans cet Atlas démontrent sans équivoque la mondialisation et la diversification de la contrebande du vivant. Trente-deux espèces y sont examinées, ambassadrices de toutes les autres espèces, victimes de la guerre que l’humanité livre à l’animalité.

  • Atlas du business des espèces menacées — Braconnage, cruauté, contrebande..., par l’association Robin des Bois, aux éditions Arthaud, 152 p., octobre 2019, 19.50 euros.




Lire aussi : Alerte à la braderie de la faune sauvage
23 janvier 2021
« Tout le monde craque » : les jeunes activistes du climat sonnés par le Covid
Reportages
22 janvier 2021
Label Haute valeur environnementale : un instrument au service de l’agriculture intensive ?
Info
23 janvier 2021
La presse locale agricole est sous le joug de la FNSEA
Info