FORUM SOCIAL MONDIAL à DAKAR : des nouvelles

Durée de lecture : 2 minutes

9 février 2011 / Rose et Raul Piche


(Dakar, 9 février) -

Le Forum social mondial 2011 s’est ouvert cette semaine à Dakar. Contrairement aux participants du Forum de Davos, ceux du Forum social clament haut et fort qu’un autre monde est possible. Ils entendent bien le montrer à travers des échangent de réflexions et d’expériences dans de nombreux domaines.

Des chefs d’Etat, principalement d’Amérique du Sud, sont venus à Dakar : Evo Morales, président bolivien, Hugo Chavez du Vénézuela, Lula da Silva, ancien président du Brésil. Le président du Sénégal Abdoulaye Wade, rentré de Paris la veille de l’ouverture du Forum (samedi 5 février), n’a toutefois pas assisté aux premières journées, mais sa venue a fait taire la rumeur sur son état de santé. Des Français membres de partis de gauche y sont présents ou passés : Martine Aubry, Jean-Christophe Cambadélis, Benoît Hamon, Olivier Besancenot, Eva Joly et d’autres.

Ce sont près de 50 000 personnes qui assistent au Forum social mondial au sein de l’Université Cheikh-Anta-Diop de Dakar. Mais, comme les cours n’ont pas été interrompus, la foule des étudiants s’ajoutant à celle des congressistes, la densité de population dans l’enceinte de l’Université atteint des sommets ! Tellement, que l’organisation n’en est pas facilitée. Des lieux de conférence sont déplacés et l’on voit bon nombre de participants errer de bâtiment en bâtiment pour trouver la bonne réunion au bon endroit.

On note une forte présence de mouvements de femmes, notamment africains. On a ainsi pu assister à une conférence sur l’organisation de l’économie informelle (mouvement StreetNet), avec des exposés traduits de l’espagnol (argentin), puis de l’hindi directement en wolof devant un parterre de femmes sénégalaises extrêmement concernées.

La présence simultanée de Marocains et de Sahraouis a donné lieu à quelques échanges… Aux “A bas les traîtres” répondaient des “A bas les occupants” des défenseurs de la République arabe sahraouie et démocratique (RASD). »



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://africamix.blog.lemonde.fr/20...

Lire aussi : « En Tunisie, il faut encore vaincre l’oligarchie financière »

31 mars 2020
Au Québec, la crise du coronavirus pourrait ouvrir « le grand chantier de l’autosuffisance » alimentaire
Info
30 mars 2020
Le changement climatique va stimuler les pandémies et autres menaces sur la santé
Enquête
31 mars 2020
Quitter la ville en période d’épidémie, un privilège de classe ?
Enquête