Faire des économies en rencontrant ses voisins : vive la consommation collaborative !

Durée de lecture : 4 minutes

11 novembre 2013 / Réseau Action Climat France

Réaliser des économies financières ou gagner un complément de salaire en utilisant les ressources plus efficacement et en rencontrant ses voisins ? C’est possible avec la consommation collaborative ! Alternative à la crise, cette démarche se veut plus respectueuse des ressources, de nos économies et source d’enrichissement humain.


La consommation collaborative désigne un modèle dans lequel l’usage prédomine sur la propriété, via le partage, le don, l’échange, la vente (occasion) ou encore la location.Les motifs de consommation collaborative peuvent être variés : engagement environnemental, souhait de soutenir l’économie locale, économies financières ou encore volontéde (re)créer du lien social.

Entre autres types de consommation collaborative, on peut citer l’autopartage, le covoiturage, le prêt d’argent entre particuliers, l’hébergement entre particuliers (gratuit, payant ou via échange d’appartements) ou encore le mouvement des Incroyables Comestibles (Incredible Edible), dont le principe est de planter, dans un espace public ou sur son rebord de fenêtre, des fruits et légumes qui peuvent être cueillis par tous.

Quel bénéfice en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre et de la consommation d’énergie ?

Le fait de privilégier l’usage d’un bien ou service à sa propriété permet de réduire le nombre de biens produits, sans affecter l’usage qui peut être fait de ce bien. Ceci permet de réduire d’autant les émissions liées à la fabrication de ce bien (y compris celles liées à l’extraction et au transport des matières premières nécessaires à sa fabrication), à son transport du/des lieux de fabrication jusqu’au lieu de vente puis de consommation, ainsi que celles liées à son recyclage ou son élimination.

Deux types de consommation collaborative sont décrits ci-dessous.

Le stockage collaboratif

Il existe plusieurs plateformes Internet de location et de partage d’espaces de stockage entre particuliers. Il existe des systèmes d’assurance qui permettent de couvrir les biens stockés et les espaces de stockage. L’avantage financier est pour les deux parties – les personnes à qui la location de l’espace apporte un profit et les loueurs pour qui cette solution revient moins cher qu’un espace de stockage classique, et est en général plus proche. Le site www.costockage.fr avance des coûts de 30 à 50% moins élevés que les espaces de stockage classiques.

Cette solution permet en outre une utilisation plus efficace des ressources en réduisant les besoins de construction d’espaces de stockage, et donc l’étalement urbain et ses corollaires (artificialisation des sols, déplacements engendrés, consommation de ressources, etc.).

Faire sa lessive chez son voisin

Le site Internet « La machine du voisin » permet de mettre gratuitement en relation des personnes qui possèdent une machine à laver et des personnes qui n’en possèdent pas, afin que les seconds puissent faire leur lessive chez les premiers, moyennant finance.

Il s’agit donc d’une forme de laverie peer-to-peer. Le prix est libre – fixé par le propriétaire de la machine à laver. L’objectif initial de ce projet était de pallier le manque de laveries (en l’occurrence à Lille).

Les co-bénéfices avancés par les créateurs du site sont d’une part économiques, principalement pour le loueur et potentiellement pour le « Sans Machine Fixe » si le prix est moins élevé qu’en laverie, mais également sociaux, en permettant à des voisins de se rencontrer autour d’une machine à laver.

Rôle des collectivités

Le rôle de la collectivité peut être économique (subvention pour le lancement d’un projet par exemple), mais il sera principalement un soutien en matière de communication et de diffusion de l’information : valorisation via les canaux classiques de communication publique de la collectivité (site Internet, journal de la collectivité, etc.), diffusion de l’information en interne (agents et élus)… Ce partenariat peut d’ailleurs être valorisé via l’affichage du logo de la collectivité sur le site Internet du projet en question, ce qui contribuera à la crédibilité de ce dernier.

Dans le cadre d’une politique de prévention des déchets ou de consommation éco-responsable, la collectivité peut également réaliser un guide-annuaire des professionnels et des services permettant une consommation plus responsable.

Conditions de succès

• Confiance entre les participants – d’où les systèmes d’évaluation mutuelle mis en place dans la plupart des sites internet de consommation collaborative.

• Diffusion de l’information – c’est là que les collectivités peuvent appuyer ces projets.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Réseau Action Climat France

Image de Une : RFI

Lire aussi : Et si l’on s’échangeait les journaux plutôt que de les jeter ?

9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir




Du même auteur       Réseau Action Climat France