Faire disparaître le plastique des cantines scolaires

4 octobre 2018 / Association Cantine sans plastique France

« Pas de plastique dans nos assiettes ! Des perturbateurs endocriniens à la cantine » est une enquête menée par l’association Cantine sans plastique France qui alerte sur les risques sanitaires liés à l’usage immodéré du plastique dans la restauration scolaire.

  • Présentation du livre par son éditeur :

« Cocktail toxique », « bombe à retardement ». Les scientifiques dénoncent le danger des perturbateurs endocriniens contenus dans les pesticides et les plastiques. Pourtant, ils sont aujourd’hui massivement employés dans les cantines de nos écoles.

Normes sanitaires et réduction des coûts ont poussé à une préparation des plats standardisée, avec un usage intensif de contenants jetables : sacs de cuisson en plastique, barquettes en plastique jetable et vaisselle plastique sont devenus la règle. Avons-nous conscience que nos enfants, dans les cantines, sont exposés cinq fois par semaine pendant des années à des substances potentiellement toxiques ? À quoi bon manger bio si, à l’âge où ils sont les plus vulnérables, on cuit et ils consomment leurs aliments dans du plastique ?

Des parents d’élèves mènent l’enquête et nous expliquent les risques sanitaires et les mesures concrètes à prendre pour protéger nos enfants, dans les cantines de nos crèches, écoles, collèges et lycées. Cette approche globale inclue une réflexion écologique (sortir du tout jetable), sociale (améliorer la santé environnementale au travail), et nutritionnelle (lutter contre la malbouffe).

Ce livre est aussi l’histoire d’une lutte qui commence à peine, pour que le principe de précaution s’applique partout, et surtout là où il prend tout son sens : la protection de la santé de nos enfants.

Lanceuse d’alerte, composée de citoyens engagés pour la santé et la protection de l’environnement, l’association Cantine sans plastique France réunit les collectifs mobilisés autour du plastique à la cantine, avec le soutien des parents d’élèves et des fédérations de parents d’élèves. Créée en février 2018, elle informe, sensibilise et agit sur les usages des plastiques à la cantine. Ana Soto est professeure de biologie moléculaire à l’université Tufts (Boston), elle est à l’origine de la découverte des liens entre cancer et perturbateurs endocriniens, notamment le bisphénol A, permettant l’interdiction de ce dernier dans les contenants alimentaires. Jane Muncke est directrice générale et directrice scientifique de la fondation Food Packaging Forum.


  • Pas de plastique dans nos assiettes ! Des perturbateurs endocriniens à la cantine, de l’association Cantine sans plastique France, préface de Ana Soto et Jane Muncke, éditions du Détour, septembre 2018, 192 p., 17 €.



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : La fin des barquettes en plastique dans les cantines est décidée à Strasbourg
16 février 2019
La grève des jeunes pour le climat gagne Paris
Reportage
15 février 2019
Une association « agriculturelle » dynamise un village en Côte-d’Or
Alternative
16 février 2019
Bruno Latour : « Les Gilets jaunes sont des migrants de l’intérieur quittés par leur pays »
Entretien


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre