Flash mob pour le climat

Durée de lecture : 4 minutes

23 octobre 2009 / Ultimatum climatique



Rendez-vous samedi 24 octobre à 12 h 18 place de la Bourse à Paris.


Quoi ? Une Grande Flash Mob pour réveiller Nicolas Sarkozy !!!

Quand ? Samedi 24 octobre / 12h18

 ? Place de la Bourse

Rendez-vous à 11h45 à la sortie du métro Bourse

Il est temps de réveiller les dirigeants mondiaux et leur rappeler leurs responsabilités en matière de lutte contre les changements climatiques, ceci à moins de 50 jours de la cruciale Conférence de Copenhague sur le climat. C’est pourquoi avant la rencontre des Chefs d’Etat européens qui va fixer la feuille de route de l’Europe pour Copenhague, des milliers de citoyens vont se mobiliser le 24 octobre, à 12h18 (en référence au 18.12, date de la clôture de la conférence de Copenhague), dans des centaines de villes http://www.350.org).

En France, l’Ultimatum Climatique - coalition inédite de 11 des plus importantes organisations françaises de défense de l’environnement, des droits de l’homme et de solidarité internationale - organise une Flash Mob (mobilisation éclair) dans le centre de Paris, le 24 octobre à 12h18 pour renouveler leur appel au Président Nicolas Sarkozy.

Le Sommet européen des 29 et 30 octobre marque une étape cruciale sur la route de Copenhague. Il s’agit de la dernière chance pour l’Europe d’afficher son ambition pour Copenhague, en dévoilant sa position sur le soutien financier à apporter aux pays en développement, et notamment les plus pauvres. C’est le cœur de la négociation internationale. Un signal clair, concret et ambitieux de l’Europe conditionne la création d’une alliance solide avec les pays en développement, seule à même de sortir de l’enlisement des négociations qui piétinent depuis de longs mois, et d’arriver à un accord à la hauteur du défi climatique.... Mais cette alliance ne peut se faire sans la reconnaissance des pays industrialisés de leur responsabilité historique et leur engagement clair et précis vis-à-vis des besoins des pays en développement, non seulement pour qu’ils puissent s’adapter aux impacts des changements climatiques dont ils sont les premières victimes, mais aussi pour les soutenir dans le développement d’un modèle énergétique sobre en carbone et la protection des forêts.

Pour l’heure, l’Europe est restée très silencieuse, reportant de Conseils en Sommets l’adoption d’une position claire. C’est notamment le résultat de la stratégie française de négociation : on agite le bâton et on cache la carotte. La France exige une réduction de la croissance des émissions des pays en développement de 15 à 30% par rapport à un scénario « business as usual », - et menace les pays en développement de taxer leurs produits à l’entrée de l’Europe s’ils n’adoptent pas de tels objectifs. Parallèlement, l’Europe n’a toujours pas proposé de soutien financier public concret pour aider à la réalisation des ces objectifs, et reste par ailleurs très loin de s’engager sur une diminution suffisante de ses émissions de gaz à effet de serre. Selon la stratégie française, le sujet des financements, condition sine qua non d’un accord mondial sur le climat, ne devrait être abordé qu’à Copenhague… Et pendant ce temps, les Conseils et autres Sommets se suivent et se ressemblent, attisant à chaque étape les tensions entre pays en développement d’un côté, et pays industrialisés de l’autre.

Le Sommet d’octobre est le dernier avant Copenhague. C’est donc la dernière opportunité de débloquer le processus avant le Sommet de décembre.

L’Ultimatum Climatique a lancé un appel au Président français en mai dernier, afin qu’il pousse au sein de l’UE une position forte de l’Union Européenne lors de la conférence de Copenhague.

250 000 personnes ont déjà signé l’Ultimatum Climatique.

Pour participer à cet événement international et connaître le lieu et l’heure précis de rendez-vous, les citoyens doivent envoyer un mail à [email protected] ou s’inscrire sur Facebook http://www.facebook.com/event.php?eid=125101042223

.......................................................................

Ils soutiennent l’appel :

4 D, Agir pour l’Environnement, Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières, Alofa Tuvalu, Association Santé Environnement France, ATTAC, AVES France, Bolivia Inti-Terre Soleil, CCFD-Terre Solidaire, Colibris – Mouvement pour la Terre et l’Humanisme, Collectif de Liaison des Energies Renouvelables, Ecologie Sans Frontières, Fac Verte, Festival du vent, GERES, Goodplanet, GRET, Handicap International, L’Alliance pour la planète, Les Amis du Vent, Ligue de Protection des Oiseaux, Max Havelaar France, Planète Urgence, Réseau Français des Etudiants pour le Développement Durable, Réseau Sortir du Nucléaire, Scouts et Guides de France, Solar Generation, Tara Océans.






Source : Courriel à Reporterre

Infos : http://www.copenhague-2009.com

Lire aussi : Les jeunes se mobilisent pour la justice climatique http://www.reporterre.net/spip.php?...

23 septembre 2020
En Allemagne, les activistes d’Ende Gelände repartent au charbon
Info
23 septembre 2020
Biodiversité : « Le déclin se poursuit » et la France ne fait (presque) rien
Info
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage