François Hollande vers un moratoire sur Notre Dame des Landes

Durée de lecture : 1 minute

23 mars 2012 / François Hollande

Le candidat à la présidentielle se dit « favorable au projet », mais reconnait qu’il pose « des questions au niveau économique et écologique » et qu’il faut tenir compte « de l’avis des populations et des arguments des associations de défense ».


A la suite d’une interpellation publique, un électeur a écrit à François Hollande pour lui demander sa position sur le projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Le candidat lui a répondu par lettre, dont voici le texte :

……………………………………

François Hollande
Député de la Corrèze
Président du Conseil général

Tulle, le vendredi 18 mars 2011

J’ai bien reçu votre courrier du 8 février dernier par lequel vous souhaitez connaître ma position quant au projet de construction de l’aéroport du Grand Ouest.

La création d’un aéroport international à Notre-Dame-des-Landes pose effectivement des questions au niveau économique et écologique. S’il convient de prendre en compte la nécessité du service public et les besoins des usagers, il apparait indispensable de tenir compte de l’avis des populations et des arguments des associations de défense de l’environnement, dans l’intérêt général.

Aussi, je suis favorable au projet, mais à certaines conditions. La substitution éventuelle de l’aéroport du Grand Ouest à l’actuel aéroport Nantes-Atlantique devra à la fois apporter des solutions en terme d’utilité publique et répondre au mieux aux exigences environnementales.

Je vous prie de croire, Monsieur, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

François Hollande.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Reporterre.

Mise en ligne le 22 mars 2012

La copie de la lettre de François Hollande :

Ecouter aussi : François Hollande est-il écologiste ?



Documents disponibles

  Sans titre
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien