Friches industrielles : Un nouveau scandale immobilier‏

Durée de lecture : 2 minutes

28 juin 2013 / Robin des Bois

Des mesures de protection des sites contaminés ont été retirées du projet de loi Duflot sur l’immobilier.


Des dispositions innovantes sur la protection juridique et sanitaire des locataires ou propriétaires d’immeubles bâtis sur des friches industrielles et des sols initialement pollués ont été retirées du projet de loi relatif au logement, à l’urbanisme et à la ville à la suite d’arbitrages ministériels décevants.

Des zones dites de vigilance étaient planifiées. Elles auraient permis aux promoteurs et aux acquéreurs de bien connaître l’état des sols, de mettre en œuvre toutes les mesures nécessaires à la dépollution et à la prévention des risques sanitaires et au final d’en vérifier l’application.

Les dispositions législatives prévoyaient aussi la possibilité pour les aménageurs de prendre en charge, sous le contrôle de l’Etat et en cas de défaillance du dernier exploitant, l’obligation de réhabilitation du site à condition toutefois de fournir des garanties financières et de présenter un cahier des charges techniques validé
par des bureaux d’étude certifiés.

Depuis deux ans, le groupe de travail sur les sites et sols pollués placé auprès du Conseil Supérieur pour la Prévention des Risques Technologiques (CSPRT) travaillait donc sous la tutelle du Ministère de l’écologie à l’élaboration du droit sur les sites pollués. Cet encadrement est d’autant plus indispensable que la reconversion des
friches industrielles fait partie de la stratégie des gouvernements successifs pour réduire l’étalement urbain et mettre à disposition des logements notamment sociaux.

Plus de 4.000 sites à pollution avérée et 300.000 potentiellement pollués ont été recensés en France depuis 20 ans par des inventaires méthodiques, réglementaires et mis à jour. Pas moins d’une centaine de friches industrielles polluées sont aujourd’hui concernées par des projets de reconversion en usage résidentiel incluant des
activités commerciales, des jardins, des crèches, des écoles et des maisons de retraite.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriel à Reporterre des Robins des Bois

Photo : Caisse des Dépôts

Lire aussi : A Dijon, occupation maraîchère contre éco-bétonneurs

27 juillet 2019
Les rendez-vous festifs, écolos et militants du mois d’août
Info
18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative




Du même auteur       Robin des Bois