Gaz de schiste : la mobilisation internationale est en marche

Durée de lecture : 2 minutes

23 mars 2012 / par villalard

Allemagne, Bulgarie, Espagne, France, Irlande, Pologne : le refus des gaz de schiste s’internationalise et se forme en réseau.


Réunis à Marseille ce vendredi 16 mars à l’occasion du Forum Alternatif Mondial de l’Eau, nous, activistes et militants engagés dans la lutte contre les gaz de schiste en Bulgarie, Pologne, Irlande, Allemagne, Espagne, Etats-Unis, France, etc. réaffirmons avec détermination notre opposition catégorique à toute exploitation de gaz et huiles de schiste et à toute utilisation de la fracturation hydraulique sur nos territoires.

Comme le montrent de nombreux exemples aux Etats-Unis, au Canada, en Angleterre et ailleurs, l’exploitation de gaz et huiles de schiste suscite d’innombrables pollutions chimiques et toxiques, des conséquences sanitaires sur les populations, le gaspillage d’eau potable, la destruction des territoires, des tremblements de terre, de très importantes émissions de gaz à effets de serre. Nous n’en voulons pas, ni ici ni ailleurs, ni aujourd’hui ni demain…

Suite à nos mobilisations citoyennes, particulièrement celles des populations locales les plus concernées, la fracturation hydraulique est interdite, ou sous des formes diverses de moratoire ou restrictions, dans plusieurs centaines de lieux sur la planète.

Pour étendre ces mobilisations, nous nous engageons :

à renforcer notre travail de coordination européenne et internationale ;
à rédiger un document de positionnement commun et une pétition internationale contre la fracturation hydraulique ;
à convenir d’un calendrier commun ;
à construire une journée de mobilisation internationale commune le plus rapidement possible ;

Parmi les dates de prochaines initiatives évoquées :

17 mars : Journée de mobilisations en Irlande ; Manifestation à Marseille (France) !

8 avril : Trafalgar du gaz et pétrole à La Seyne-sur-Mer (France)

5 mai : Journée internationale contre les sables bitumineux

9 mai : Forum européen à Bruxelles.

Ont contribué à la rédaction de ce document :

Geert de Cock (Food & Water Watch),
Maxime Combes (Attac France),
Vincent Espagne (collectif Plaines du Languedoc, France),
Estelle Tardy (Collectif Causse Méjean, Lozère, France),
Borislav Sandov (National civil committee against shale gas studies and exploration through hydraulic fracturing in Bulgaria, Bulgarie),
Marta Rozmysłowicz (Collectif Syrena, Pologne),
Rozenn Le Calvez (collectifs allemands contre la fracturation hydraulique, Allemagne),
Susan Griffin (Fracking Free Ireland, Irlande),
Samuel Martin Sosa (Ecologistas en Accion, Espagne).

.....................

Pour tout contact :

Geert de Cock (Food & Water Watch), gdecock (at) fweurope.org

Maxime Combes (Attac France), maxime.combes (at) gmail.com



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Forum alternatif mondial de l’eau

Photo : Radio Bulgarie

Lire aussi : Gaz de schiste : carnet de route en Pologne

18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage
19 septembre 2019
Climat : la France ne tient pas ses objectifs
Info


Du même auteur       villalard