Géopolitique de l’eau

Durée de lecture : 1 minute

11 juin 2018 / Frédéric Lasserre et Alexandre Brun

Dans « Le Partage de l’eau », Frédéric Lasserre et Alexandre Brun expliquent que cette ressource stratégique et écologique majeure va devenir de plus plus en enjeu géopolitique qu’il va falloir apprendre à partager.

  • Présentation du livre par son éditeur :

La rareté de certaines ressources naturelles devient un problème géopolitique majeur à mesure que croît la population mondiale. Le pétrole en est, depuis quelques décennies, l’exemple type, mais l’eau s’affirme peu à peu comme un ferment de conflits à venir.

Longtemps partagée de façon plus ou moins empirique, l’eau des lacs et des fleuves, déterminante pour l’agriculture, est devenue un enjeu crucial dans plusieurs régions du monde. L’assèchement de la mer d’Aral et du fleuve Colorado sont des catastrophes écologiques majeures, tandis que le contrôle des eaux du Nil par l’Éthiopie aux dépens de l’Égypte, de l’Euphrate par la Syrie ou du Jourdain par Israël a eu, et aura encore, des conséquences politiques redoutables, que le réchauffement climatique en cours ne pourra qu’accentuer.

Ressource stratégique et écologique majeure, l’eau implique une perception nouvelle : l’urbanisme actuel fait tout — à Londres comme à Paris — pour réconcilier la ville avec son fleuve. Puisse cette démarche inspirer la diplomatie des États contraints à partager cet indispensable bien commun.


  • Le Partage de l’eau. Une réflexion géopolitique, de Frédéric Lasserre et Alexandre Brun, éditions Odile Jacob, mars 2018, 208 p., 21,9 €.


Lire aussi : Une analyse géopolitique des conflits écologiques
8 janvier 2020
En Australie, « même des forêts tempérées partent en fumée »
Entretien
24 janvier 2020
Retraites : sept semaines d’un mouvement social inédit
Info
25 janvier 2020
Contre les feux australiens, les collectes de solidarité font caisses pleines
Info