Gilles Clément, le jardinier planétaire

Durée de lecture : 2 minutes

25 novembre 2014 / Christine Laurent (Reporterre)

Les quatre saisons de Gilles Clément, de Frédérique Basset, est une entrée chaleureuse dans l’œuvre polymorphe du paysagiste-artiste-écrivain. Avec cette biographie, qui emprunte le rythme de la nature pour raconter l’existence d’un homme singulier, l’auteure nous permet d’accéder à la genèse des concepts qui ont contribué à la notoriété du jardinier planétaire.


Ceux qui connaissent le travail du paysagiste Gilles Clément et se reconnaissent dans les valeurs qui accompagnent sa quête d’une écologie humaniste, trouveront dans la première biographie qui lui est consacrée le plaisir de connaître un peu de son intimité, offerte, comme une marque d’amitié, sous la plume de Frédérique Basset.

Les quatre saisons de Gilles Clément emprunte le rythme de la nature pour raconter l’existence d’un homme singulier, né le 6 octobre 1943 à Argenton-sur-Creuse, et qui n’a sans doute pas fini d’ouvrir notre regard, par ses jardins, essais, écrits et dessins.

« Gilles regarde ce que les autres ne voient pas, voit ce que les autres ne regardent pas, au-delà de ce qui est, à côté, derrière, dessous. C’est un rêveur éveillé, un artisan de la vie qui sème les graines d’un autre monde dans son berceau de la Vallée, dans les jardins du monde, dans l’esprit de ses étudiants, les lignes de ses livres, les traits de ses dessins. Oui, Gilles déferme nos yeux. Alors j’ai voulu en savoir plus sur ce terrien qui a la tête dans les nuages », explique Frédérique Basset.

- La maison de Gilles Clément, à Crozant, dans la Creuse -

L’auteur s’appuie sur de longs entretiens avec le paysagiste-artiste-écrivain, réalisé à La Vallée, le jardin-maison de la Creuse, territoire non exclusif des expériences de Gilles Clément depuis l’enfance et sur des interviews de ses étudiants, mêlant à son récit des extraits des livres publiés par le paysagiste.

Pour ceux qui ne connaissent pas ou peu Gilles Clément, ce livre est une entrée chaleureuse dans son œuvre polymorphe. Il permet d’accéder à la genèse des concepts qui ont contribué à sa notoriété : le jardin en mouvement, le jardin planétaire et le Tiers-paysage. Un livret de photographies complète le récit du jardinier planétaire.


Les quatre saisons de Gilles Clément, de Frédérique Basset, Editions Rue de l’échiquier, 184 pages, 15 euros.



Source : Christine Laurent pour Reporterre

Première mise en ligne le 17 novembre 2014.

Photos : Reporterre

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre

Lire aussi : Gilles Clément : « Jardiner, c’est résister »


Merci de soutenir Reporterre :

18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
27 juillet 2019
Les rendez-vous festifs, écolos et militants du mois d’août
Info
27 juillet 2019
Compromis ou radicalité, le mouvement écolo cherche sa stratégie
Enquête




Du même auteur       Christine Laurent (Reporterre)