Faire un don
27010 € récoltés
OBJECTIF : 80 000 €
34 %
Pour une presse libre comme l'air ! Soutenir reporterre

Gilles-Eric Séralini, un scientifique engagé

Durée de lecture : 2 minutes

21 septembre 2012 / Hervé Kempf


Si un mot doit résumer Gilles-Eric Séralini, c’est celui de ténacité. Depuis que ce chercheur a voué son activité scientifique à l’étude des effets des aliments transgéniques et du pesticide Roundup sur les êtres vivants, il n’a pas dévié d’un pouce, malgré le faible soutien de son institution de recherche et plusieurs polémiques.

Né en 1960, il étudie la biochimie et la biologie moléculaire et devient professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen en 1991. Il aurait pu mener une vie tranquille, attaché à l’étude du système hormonal. Mais il « rencontre » les OGM en 1997 et signe l’appel lancé par le botaniste Jean-Marie Pelt, qui demande, au nom du principe de précaution, un moratoire sur les cultures transgéniques, le temps d’en évaluer les risques.

M. Séralini va alors s’investir dans l’étude des OGM, maintenant un équilibre fragile entre une activité scientifique reconnue, notamment par de nombreuses publications scientifiques, et un engagement public contre les cultures transgéniques. Il fonde en 1999 avec Corine Lepage le Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (Criigen), que rejoignent quelques chercheurs reconnus, tel Pierre-Henri Gouyon, professeur au Muséum national d’histoire naturelle.

Tout en menant dans son laboratoire des études sur le pesticide Roundup et sur divers OGM, il est membre, de 1998 à 2007, de la Commission du génie biomoléculaire chargée d’autoriser les OGM. Isolé, il s’oppose souvent à la majorité des autres membres, des biologistes plutôt favorables aux cultures transgéniques. Parfait connaisseur des procédures européennes d’évaluation des OGM, il contribue à en faire connaître les faiblesses.

Ces critiques, documentées par plusieurs organisations écologistes, sont relayées au Parlement européen, qui adopte en juillet 2011 un rapport recommandant une revue des méthodes d’évaluation par l’Autorité européenne de sûreté alimentaire.

Gilles-Eric Séralini est vivement critiqué par d’autres scientifiques : Marc Fellous, président en 2010 de la Commission du génie biomoléculaire (CGB), l’accuse d’être « militant » et « marchand de peur ». M. Séralini porte plainte pour diffamation, suivi par le tribunal, qui condamne M. Fellous en janvier 2011. L’étude publiée le 19 septembre marque un tournant dans la carrière de M. Séralini. Si sa qualité est validée, il prendra une nouvelle stature. Sinon...



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Le Monde

Lire aussi : OGM : ils sont dangereux, conclut l’enquête la plus complète jamais menée

28 novembre 2019
Le climatoscepticisme reste présent dans la classe politique
Enquête
9 décembre 2019
Rénovation énergétique : comment passer à la vitesse supérieure ?
Alternative
7 décembre 2019
Le Brésil est toujours en flammes, mais la police harcèle les écolos
Info




Du même auteur       Hervé Kempf