Greenpeace pénètre dans la centrale nucléaire du Tricastin, une des plus dangereuses de France

Durée de lecture : 2 minutes

15 juillet 2013 / leparisien.fr // Reporterre

La centrale nucléaire du Tricastin, qui a connu un incident grave en mars, est considérée comme une des plus dangereuses de France.


leparisien.fr

Des dizaines de militants ont pénétré dans la centrale de Tricastin (Drôme) vers 5 heures lundi matin 15 juillet. Ils étaient une quarantaine selon l’organisation, une vingtaine selon EDF.

En l’espace de vingt minutes, affirme Greenpeace, ils sont montés sur les infrastructures entourant les réacteurs pour y déployer deux banderoles au niveau des réacteurs 1 et 3. Sur la première, on peut lire : « Tricastin : accident nucléaire » et la deuxième interpelle le chef de l’Etat : « François Hollande : président de la catastrophe ? », selon Isabelle Philippe, chargée de communication de Greenpeace. Vers sept heures, les militants ont déployé une nouvelle banderole autour du réacteur 1.

Douze personnes ont été interpellées, a annoncé EDF peu après huit heures. Des activistes seraient sont toujours en place. Une cinquantaine de gendarmes ont été dépêchés sur les lieux, dont vingt-deux du groupe spécialisé dans la protection des installations nucléaires, le peloton spécialisé de protection de la gendarmerie (PSPG), chargé de lutter contre les intrusions et les actes de malveillance.

« Il n’y a pas eu de pénétration dans les enceintes de sécurité », affirme EDF. Le ministère de l’Intérieur assure de son côté qu’ils n’ont pas accédé aux « zones sensibles, notamment les salles de commande » du site. « C’est une action médiatique qui ne représente pas de danger pour la sécurité des installations », a insisté le porte-parole de la place Beauvau, Pierre-Henry Brandet. Selon l’Intérieur, les militants, « répartis en trois groupes », « ont été immédiatement détectés ».

Situé entre Valence et Avignon, le site industriel géré par EDF s’étend sur 600 hectares.

Sur son fil Twitter, l’organisation non gouvernementale poste depuis ce matin des photos de son opération.


Reporterre

Selon Greenpeace, la centrale du Tricastin est une des plus dangereuses de France.

Selon l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), ["les performances du site du Tricastin doivent être notablement améliorées en matière d’essai périodique, de requalification des matériels après intervention et, dans une moindre mesure, en matière de lignage ainsi que de mise en configuration des circuits. En outre, le site du Tricastin doit également veiller à assumer pleinement sa responsabilité d’exploitant concernant les dossiers qu’il présente à l’ASN".



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : leparisien.fr

Complément d’info : Le déroulement de l’action relaté par Greenpeace

Lire aussi : L’incident grave à la centrale du Tricastin n’est toujours pas réglé

14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto