Grenoble invente les moutondeuses à gazon

Durée de lecture : 1 minute

29 avril 2014 / Edouard Malsch (Urba News)

Des moutons plutôt que des machines : pour couper l’herbe, c’est une bonne idée.


A Grenoble, quatre brebis, un bélier et cinq agneaux broutent sur les pentes de la colline de la Bastille, depuis mardi 15 avril à quelques pas du centre-ville. Cette expérimentation doit durer trois mois avant d’être éventuellement étendue aux autres parcs de la ville.

Ces moutons bien spécifiques appartiennent à la race rustique des moutons de Soay. Une race en voie de disparition qui possède la particularité de s’adapter à tout type de terrain tout en se satisfaisant de faibles ressources en pâturage. Cette espèce avait déjà été utilisée dans plusieurs parcs lyonnais mais également pour l’entretien des gazons de la Citadelle à Lille.

Cette présence devrait permettre de maintenir la biodiversité, de lutter contre les risques d’incendie et de sensibiliser les visiteurs à la préservation de la nature en ville.

« Ces moutondeuses à gazon vont éviter le recours à une tonte humaine avec des machines thermiques. Si l’expérimentation marche bien, on verra si on peut les utiliser dans les autres parcs de Grenoble », a déclaré Pierre Mériaux, conseiller municipal au tourisme et à la montagne dans les colonnes du Dauphiné Libéré.

Si cette expérience demeure tout à fait intéressante, elle est loin d’être la première. Depuis une dizaine d’années, de nombreuses municipalités utilisent des ruminants pour tondre une partie de leurs espaces verts. Malgré tout, ces expérimentations sont soumises à plusieurs contraintes. Il faut que l’espace s’y prête : qu’il soit clôturé, peu fréquenté par le public et qu’il ne comporte pas de massifs de fleurs, dont les moutons pourraient se nourrir ! Ce qui restreint considérablement les terrains propices.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Urba News.

Photo : mgrenoble.

Lire aussi : A Saint-Denis, un troupeau de moutons en pleine ville.

13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »