Haïti, solidarité à Fort-de-France

Durée de lecture : 1 minute

17 janvier 2010 / Guillaume Pigeard de Gurbert




Carrefour Dillon, Fort-de-France, Martinique, ce dimanche 17 janvier, midi.

Affluence exceptionnelle : parking saturé, cohue aux caisses. Les caddies laissent deviner, au milieu des courses ordinaires, quantité de produits de première nécessité (riz, conserves, eau, couches pour bébé) destinés de toute évidence à la collecte pour Haïti installée à la sortie des caisses, où des bénévoles effectuent la répartition, remplissent les cartons, préparent les palettes, chargent les camions garés à l’entrée. Nul ne compte ici son temps (son dimanche) ni son argent. Chacun donne sans compter, parfois sans doute au-delà du raisonnable, emporté par les lucidités du cœur. Océan de solidarité d’une humanité libérée de la tyrannie du chiffre, abandonnée à sa propre plénitude.

Affluence exceptionnelle égale plus-value exceptionnelle : aucun produit de première nécessité n’a fait l’objet d’un prix exceptionnel, sans marge (les couches pour bébé restent inabordables, le prix de l’eau déraisonnable). L’élan de solidarité s’arrête aux vitres sans tain derrière lesquelles se font les comptes. Preuve que dans le dos de l’humaine solidarité, la loi du chiffre fonctionne de plus belle. Occasion rêvée de faire un très bon chiffre.

Peut-être vaudrait-il mieux résister à la bouffée d’humanité qui nous soulève et faire directement un don qui court-circuite la rapacité sans foi ni frère. Mais il faudrait du coup soi-même se mettre à compter et il n’est pas sûr qu’en la circonstance on en ait l’idée... Un dimanche à marquer d’une croix.






Source : Courriel à Reporterre.

Lire aussi : Manifeste pour les ’produits’ de haute nécessité http://www.reporterre.net/spip.php?...

22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
25 septembre 2020
En pleine croissance, le réseau Biocoop est contesté sur le plan social
Enquête
25 septembre 2020
« Lubrizol nous a salis » : un an après l’incendie, des Rouennais témoignent
Reportage