Halte au bétonnage des montagnes, demandent les écologistes

Durée de lecture : 3 minutes

9 décembre 2011 / Appel pour nos montagnes

Isabelle Autissier, Pierre Rabhi, Jean-Marie Pelt et bien d’autres sont les signataires de l’Appel lancé à Grenoble le 9 décembre pour stopper l’artificialisation des montagnes.


Qu’on y vive, qu’on en vive, qu’on s’y ressource, la montagne nous offre l’expérience de la beauté des paysages, de la nature et du partage.
Cette expérience n’est possible que grâce à un équilibre
entre l’homme et la montagne. Conscients de la fragilité de cet équilibre nous nous sentons le devoir de lancer un appel pour nos montagnes.

Notre société est de plus en plus dure et exigeante !
Il faut toujours plus, toujours plus vite.
Plus de quoi ? Pour qui ? Pour quoi faire ?
Noyés dans l’illusion de l’immédiateté et du factice, nous
semblons incapables de nous raisonner, incapables d’assurer
les conditions de la survie pour tous et à long terme.

L’espace montagnard n’échappe pas à la loi commune.
Là aussi rapidité et uniformité s’enracinent et se propagent.
Les pressions d’équipement sont tenaces, multiformes,
même si l’inévitable prise de conscience a eu lieu ;
les bonnes intentions sont affichées : développement durable,
valorisation du patrimoine naturel, agriculture bio,
lutte contre le réchauffement climatique, économie solidaire,
sauvegarde des cultures... Ces nouveaux objectifs
semblent consensuels.

Et pourtant… Les mécanismes du passé, fondés sur l’exploitation
toujours accrue des ressources d’un territoire pourtant limité, perdurent. Pire, ils menacent nos rêves, ils continuent à figer l’avenir de nos massifs, alors même que ceux-ci et les populations qui les façonnent ont besoin de nouvelles perspectives. Les projets de développement lourds, dignes du siècle passé s’enchaînent, s’accélèrent même, comme si de rien n’était. Le béton coule à flots,
perpétuelles extensions des espaces aménagés au détriment
de la haute montagne vierge ou des espaces dédiés
à l’agriculture, course au gigantisme des stations...

L’histoire nous l’a pourtant appris : les modèles figés ne fonctionnent pas.

Mais qui décide ?

Et surtout, qui profite réellement, financièrement et humainement,
de cette fuite en avant dans l’artificialisation de nos montagnes ?

Il est temps pour tous d’élargir le champ des possibles,
de redéfinir la notion d’intérêt général. Nous avons tous
besoin de quelques éléments essentiels pour vivre : de
l’air, de l’eau, de l’espace. Il nous faut aussi du temps, du
silence, de la sérénité, de la beauté pour continuer à penser,
à imaginer, à rêver. Or la montagne est l’un des espaces les
plus propices pour satisfaire ces besoins vitaux. Les montagnes
sont depuis toujours une formidable richesse pour l’humanité.

Montagnes refuges, montagnes creusets, montagnes
laboratoires, elles recèlent un potentiel de vie et d’inventivité
toujours renouvelé. Pour préparer leur avenir, celui de nos enfants, il nous faut reprendre le contrôle de leur évolution. Il nous faut construire, ensemble, une nouvelle vision pour les espaces montagnards.

Ce défi lancé pour la montagne peut être gagné !
Le projet pour la montagne que nous avons à construire
sera multiple, modulaire, évolutif, solidaire.
Nous devons anticiper, ménager les espaces et favoriser
les initiatives. Nous devons protéger les fondements de
notre bien-être : d’une part les capacités humaines locales,
individuelles ou collectives, à innover, à inventer, à entreprendre,
et d’autre part les patrimoines, les paysages et
toutes les ressources naturelles.

Moins de capital machine, moins de spéculation financière,
et plus de capital humain !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Appel pour nos montagnes

Lire aussi : Après les neiges d’antan

17 février 2020
Exclusif : le kit de Reporterre pour aider les maires (et les citoyens) à devenir écolo
Enquête
27 février 2020
Partir à la retraite, le casse-tête des agriculteurs
Reportage
28 février 2020
Les candidats à la mairie de Paris confrontent leurs projets écologiques
Info