Heures supplémentaires : il faut arrêter les frais

Durée de lecture : 3 minutes

17 mars 2009 / Alternatives Economiques

Alternatives Economiques a lancé une pétition contre les exonérations sociales et fiscales dont bénéficient les heures supplémentaires au détriment de l’emploi. Cette initiative est soutenue par l’hebdomadaire Marianne.

Au moment où la crise provoque une vive remontée du chômage, en particulier chez les jeunes, il faut revenir sur les exonérations sociales et fiscales accordées aux heures supplémentaires. En effet, dans le contexte actuel, l’emploi doit être la priorité absolue de l’action des pouvoirs publics. Or, les exonérations fiscales et sociales décidées en 2007 ne visaient qu’à accroître le nombre des heures supplémentaires effectuées par les salariés déjà en activité. Et, en dépit de la récession, le nombre des heures supplémentaires déclarées a en effet progressé de près de 40 millions entre le quatrième trimestre de 2007 et la même période de 2008, soit l’équivalent de 90 000 emplois à plein temps. Ces mesures contribuent donc manifestement à dissuader les entreprises qui en auraient la possibilité d’embaucher des jeunes ou des chômeurs alors que les quelques trois à quatre milliards d’euros qui leur ont été consacrés en 2008 pourraient avantageusement être mis au service de la création d’emplois. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement et au Parlement d’abroger sans délai les mesures défiscalisant les heures supplémentaires et les exonérant de cotisations sociales.

Parmi les premiers signataires :

Michel Abhervé, acteur de l’insertion par l’activité économique ;
Gérard Aschieri, secrétaire général de la Fédération syndicale unitaire (FSU) ;
Stéphane Beaud, sociologue ;
Alain Caillé, sociologue ;
Gilbert Cette, professeur d’économie ;
Jacques Chemarin, dirigeant mutualiste ;
François Chérèque, secrétaire général de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) ;
Denis Clerc, économiste, fondateur d’Alternatives économiques ; Dominique Crepel, président de la Chambre régionale de l’économie sociale du Nord - Pas de Calais ;
Jean-Baptiste De Foucauld, président de Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) ;
Jacques Dughera, acteur de l’insertion par l’activité économique ; Guillaume Duval, rédacteur en chef d’Alternatives Economiques ;
Pierre Ferracci, président-directeur général du groupe Alpha ;
Philippe Frémeaux, président-directeur général d’Alternatives Economiques ;
Jacques Freyssinet, économiste ;
Jean Gadrey, économiste ;
Bernard Gazier, économiste ;
le collectif Génération précaire ; Eric Heyer, économiste ;
Florence Jany-Catrice, économiste ;
Pierre Khalfa, porte-parole de l’Union syndicale Solidaires ;
Nicole Maestracci, présidente de la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (FNARS) ;
Jean-Claude Mailly, secrétaire général de Force ouvrière (FO) ;
Jean-Paul Maréchal, économiste ;
Joël Maurice, économiste ;
Dominique Méda, sociologue ;
Hervé Nathan, rédacteur en chef à Marianne ;
Alain Olive, secrétaire général de l’Union nationale des syndicats autonomes (UNSA) ;
Serge Paugam, sociologue ;
Thomas Piketty, économiste ;
Jean-Paul Raillard, directeur du cabinet Syndex ;
Maurice Szafran, directeur de Marianne ;
Bernard Thibault, secrétaire général de la Confédération générale du travail (CGT) ;
Carole Tuchszirer, économiste ;
Bernard Van Craeynest, secrétaire général de la Confédération française de l’encadrement-Confédération générale des cadres (CFE-CGC).


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une petite faveur à vous demander. Dans une période où les questions environnementales sont sous-représentées dans les médias malgré leur importance, Reporterre contribue à faire émerger ces sujets auprès du grand public. Le journal, sans propriétaire ni actionnaire, est géré par une association à but non lucratif. Nous sommes ainsi totalement indépendants. Personne ne dicte notre opinion. Cela nous permet de couvrir des évènements et thèmes délaissés par les autres médias, de donner une voix à ceux qui ne sont pas audibles, et de questionner les puissants en les mettant face à leurs responsabilités.

Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés. Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et nous laissons tous nos articles en libre accès. Vous comprenez sans doute pourquoi nous avons besoin de demander votre aide. Reporterre emploie une équipe de journalistes professionnels, qui produit quotidiennement des informations, enquêtes et reportages. Nous le faisons car nous pensons que notre vision, celle de la préservation de l’environnement comme sujet majeur de société, compte — cette vision est peut-être aussi la vôtre.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : www.alternatives-economiques.fr/pet...

27 juillet 2019
Les rendez-vous festifs, écolos et militants du mois d’août
Info
27 juillet 2019
Compromis ou radicalité, le mouvement écolo cherche sa stratégie
Enquête
24 juillet 2019
Greta Thunberg tente de secouer les députés... qui ratifient le Ceta
Info




Du même auteur       Alternatives Economiques