Histoire d’une lutte féministe, pacifiste et antinucléaire

2 décembre 2016 / Alice Cook et Gwyn Kirk



  • Présentation du livre par son éditeur :

En 1981, sur fond de Guerre froide, des femmes organisent, autour de la base militaire de Greenham Common, en Angleterre, un camp pacifiste pour protester contre la décision de l’Otan de stocker des missiles nucléaires sur ce site. Par une série d’actions non-violentes directes à Greenham Common et à travers l’Angleterre tout entière, des femmes ont ainsi exprimé leur opposition à la guerre, au militarisme, à la violence, prenant le parti de la justice, de la paix, de la créativité, des échanges et de la joie.

Alice Cook et Gwyn Kirk, qui ont participé au mouvement, ont écrit ce livre en 1983 pour inciter les autres à convertir leurs sentiments de passivité, d’inertie et d’impuissance en actions réelles. La clairvoyance, le courage et l’exubérance des femmes de Greenham peuvent aujourd’hui encore servir de modèle aux activistes.

Dans sa préface, Benedikte Zitouni revient sur cette puissante expérience collective qui a duré près de vingt ans et met en lumière l’héritage que nous pouvons en tirer à une époque où l’avenir est incertain.

Préface de Benedikte Zitouni — Professeure de sociologie à l’université Saint-Louis de Bruxelles et membre du Groupe d’études constructivistes (Geco), elle est l’auteure d’Agglomérer (2010) et a collaboré au livre Les faiseuses d’histoire. Que font les femmes à la pensée ? (2011), coordonné par Isabelle Stengers et Vinciane Despret. Elle s’intéresse plus particulièrement aux expériences collectives réalisées en matière urbaine et environnementale. Ses articles portent entre autres sur l’urbanisation, l’inventivité technique, l’écologie urbaine, l’écoféminisme et les savoirs situés.

Alice Cook — À l’époque de la rédaction du livre, Alice Cook travaillait comme infirmière et s’est peu à peu impliquée dans le mouvement féministe et pacifiste lorsqu’il a pris de l’ampleur à Greenham et à Londres. Elle a ensuite exercé comme psychothérapeute, spécialiste des traumatismes, et a beaucoup travaillé pour des projets liés à la santé au sein de communautés de femmes, à la fois en Angleterre et au Sri Lanka.

Gwyn Kirk — Gwyn Kirk a pris part à des actions à Greenham Common et à Londres au début des années 1980. Elle a apporté son soutien au mouvement féministe et pacifiste en contribuant à lever des fonds, en écrivant des articles et en donnant des conférences sur le sujet. Par la suite, elle a été la cofondatrice du Réseau international des femmes contre le militarisme (International Women’s Network Against Militarism) avec des femmes venant de l’île Guam, de Hawaï, de l’île d’Okinawa au Japon, des Philippines, de la Corée du Sud et des États-Unis.


- Des femmes contre des missiles. Rêves, idées et actions à Greenham Common, par Alice Cook et Gwyn Kirk, éditions Cambourakis, 208 p., 20 €.

Source : éditions Cambourakis




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Emilie Hache : « Pour les écoféministes, destruction de la nature et oppression des femmes sont liées »
26 septembre 2017
Les Verts allemands tentés de s’allier à Merkel
Info
25 septembre 2017
Tryo : « L’écologie, c’est le combat de David contre Goliath »
Entretien
26 septembre 2017
Au nom de la loi antiterroriste, la police a censuré deux médias libres
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre