Houleuse A.G. chez Natixis

Durée de lecture : 3 minutes

1er mai 2009 / Sauvons les riches

Natixis, entreprise spéculative montée à partir du détournement de l’épargne populaire, est un des plus scandaleux exemples de pillage capitaliste. Un de ses dirigeants, particulièrement incompétent, part avec... 1,3 million d’euros.

Après George W. Bush attaqué à coup de chaussures, le collectif Sauvons les riches a lancé la saison des AG du Cac 40 avec le nouveau sport à la mode : le lancer de pantoufles sur pantouflard sans scrupule !

Jeudi 30 avril après-midi, le collectif Sauvons les riches s’est invité à l’Assemblée générale d’une banque exemplaire, Natixis, dont le cours en bourse s’est effondré de 95 %, et qui n’a dû son salut qu’à la recapitalisation de plus de 5 milliards d’euros par le contribuable français.

Fidèle à l’adage « Socialisation des pertes / privatisation des profits », la banque ne connaît aucune contrainte : l’Etat n’a pas son mot à dire à cette AG, et les pratiques salariales y sont toujours aussi indécentes. Alors que 1.300 emplois sont supprimés, un sympathique banquier répondant au nom de Jean-Pascal Beaufret, a reçu 1,3 millions d’euros pour neuf petits mois de travail, dont 500 000 euros de Golden Hello et 300 000 de Golden Goddbye pour le préjudice subi suite à son éviction pour incompétence !

Figurez-vous que Jean-Pascal Beaufret est un brillant énarque de gauche, puisqu’il fut directeur général des impôts à la grande époque où DSK défiscalisait les stock-options à Bercy. Avant d’aller faire fortune dans le privé… Autant dire que la maison a une tradition ininterrompue d’accueil de pantouflage, perpétuée aujourd’hui par François Pérol, artisan depuis l’Elysée du rapprochement entre les Caisses d’Epargne et les Banques populaires avant de prendre lui-même la tête de l’ensemble (dont Natixis est une filiale), en ramassant 500 000 euros annuels au passage. On n’est jamais mieux servi que par soi-même (et les contribuables…).

Inquiets de ce symptôme alarmant, dénotant une totale absence de scrupules chez ce cher Pérol (contre qui une enquête a été ouverte pour prise illégale d’intérêts), une dizaine de jeunes sauveurs de riches ont donc poussé l’abnégation jusqu’à acheter des actions de Natixis pour pouvoir assister à la surprise-party. Il fallait bien ça, au vu de l’atmosphère de fermeture qui a régné sur cette AG interdite aux reporters photographes et télévisuels et évidemment fermée aux représentants des contribuables. Les sacs à l’entrée sont fouillés pour en extraire… la nourriture, tant les organisateurs ont peur de recevoir œufs et tomates sur le coin de la figure. Mais ils ne se sont pas méfiés des pantoufles !

Au moment T, les sauveurs de riches, savamment répartis aux quatre coins de la salle de l’Espace Grande Arche de la Défense, déboulent sur scène pantoufles dorées à la main. Espérant les remettre poliment en mains propres à l’ex-secrétaire général de l’Elysée François Pérol, ils sont stoppés à quelques centimètres du brave homme par de virils vigiles, et sont acculés, la mort dans l’âme et le poignet tordu, à lui lancer à la figure.

L’intervention de Sauvons les riches est l’étincelle qui met le feu à l’AG, plutôt silencieuse jusqu’alors. Les petits actionnaires, ruinés par la gestion fantaisiste des banquiers et chauffés à blanc par leurs récentes provocations salariales, huent la direction et prennent même la défense des trublions ! Comme le décrit l’AFP (ici), “les actionnaires ont alors commencé à s’en prendre bruyamment aux dirigeants de la banque aux cris de “voyous”, “démission” ou encore “Vous êtes irresponsables”.”

Morale de l’histoire : François Pérol n’a peut-être pas été sauvé par notre « Golden coup de pied au cul », mais, à coup sûr, les trois millions d’actionnaires ruinés ont été vaccinés de la tentation de boursicoter à nouveau ! Car, pour la fortune d’un Beaufret ou d’un Pérol, il faut bien que quelques petits porteurs y perdent leurs économies…


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://sauvonslesriches.fr/

Pour aller plus loin : Caisses d’épargne et banques populaires : le pouvoir vous appartient http://www.reporterre.net//spip.php...

19 septembre 2019
Week-end féministe à Bure : « Le nucléaire est un monstre du patriarcat »
Entretien
20 septembre 2019
Philippe Martinez : « Avec les écologistes, on se parle ; ce n’était pas le cas avant »
Entretien
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir




Du même auteur       Sauvons les riches