Ils vivent la décroissance et sont heureux

Durée de lecture : 2 minutes

20 juillet 2020 / Cédric Biagini et Pierre Thiesset



« Vivre la simplicité volontaire — Histoire et témoignages », coordonné par Cédric Biagini et Pierre Thiesset, présente une cinquantaine de parcours singuliers de déclassés volontaires qui nous expliquent les raisons de leurs choix, la manière dont ils vivent, les liens qu’ils tissent, leurs rapports aux autres, à la nature et aux savoir-faire.

  • Présentation du livre par son éditeur :

Des habitants de zone urbaine ou rurale vivent sans voiture, sans télévision, sans téléphone portable, sans lave-linge, et même parfois sans frigo… tout en étant investis dans la vie locale et en soutenant que l’on est plus heureux en possédant moins. Parmi eux, des jeunes parents intégrés professionnellement refusent l’engrenage des carrières, de l’argent, de la consommation et choisissent plutôt la solidarité et l’épanouissement intellectuel et social. D’autres ont carrément décidé de vivre en autarcie, par exemple dans une maison qu’ils ont construite dans les bois, sans eau ni électricité, « en grève générale quotidienne contre le capitalisme ». D’aucuns refusent un travail aliénant et se tournent vers des métiers artisanaux : cordonniers, ébénistes, brasseurs ou paysans. Certains ont pourtant eu une vie tout ce qu’il y a de plus conformiste, comme cet ancien ingénieur qui gagnait 100.000 euros par an et qui a tout plaqué car sa « vie n’avait aucun sens ».

Toutes ces trajectoires, bien que très différentes, tentent d’appliquer les principes de la simplicité volontaire : une philosophie pratique selon laquelle la vie se trouve ailleurs que dans l’accumulation indéfinie et le « tout, tout de suite ».

Ce livre présente une cinquantaine de parcours singuliers de déclassés volontaires qui nous expliquent les raisons de leurs choix, la manière dont ils vivent, les liens qu’ils tissent, leurs rapports aux autres, à la nature et aux savoir-faire.

Ils nous racontent comment ils s’efforcent, chacun à leur manière, de s’extirper de la société de consommation et des grands réseaux techniques pour savourer une vie riche de sens, de puissance d’agir et de liberté.

  • Vivre la simplicité volontaire — Histoire et témoignages, coordonné par Cédric Biagini et Pierre Thiesset, éditions l’Échappée, 2014, 288 p., 20 euros.




Lire aussi : La crise sanitaire est l’occasion de réfléchir à la décroissance choisie
18 novembre 2020
Locataires et précaires, grands oubliés de la rénovation
Enquête
9 novembre 2020
La santé mentale, grande oubliée de la crise sanitaire
Info
21 octobre 2020
Contre les Center Parcs « qui veulent remplacer la nature », les opposants se regroupent
Reportage