Industrie automobile : le gouvernement oublie l’environnement

Durée de lecture : 2 minutes

21 janvier 2009 / WWF France

 Alors que le Gouvernement annonce aujourd’hui un plan de soutien massif de l’industrie automobile, le WWF-France propose des contreparties environnementales concrètes et immédiates.

Sur les 6 milliards d’euros de soutien à la filière automobiles confirmés aujourd’hui par le Premier ministre, seulement 10% sont alloués à des démarches environnementales : les 400 millions d’aide à la recherche pour les véhicules électriques et les 200 millions d’euros du bonus-malus.

Au total c’est donc 90% de ce plan qui va dans le sens d’un accroissement de la pollution. Les transports routiers représentent encore 30% des émissions de gaz à effet de serre en France. A cela s’ajoutent les émissions de particules fines qui provoquent des pollutions locales ayant un impact démontré sur notre santé, notamment celle des plus jeunes.

L’attribution de ces aides massives, sans aucune contrepartie environnementale, va donc à l’inverse de la politique voulue par le Président de la République lors du Grenelle de l’environnement.

Le WWF-France, par la voix de son directeur général Serge Orru demande donc que « ce plan soit conditionné à des avancées concrètes de la part des constructeurs qui soient réalistes dès cette année : montage en série du stop-and-start et des filtres à particules ; conditionner la prime à la casse à l’achat d’un véhicule faiblement polluant, moins de 120g de CO2/km... Sans ces mesures ce plan serait à nos yeux un vaste plan de relance de la pollution. Par ailleurs, ces efforts ne doivent pas nous faire oublier la nécessité de changer nos comportements pour une utilisation plus rationnelle de la voiture. Si les pouvoirs publics mettaient le même effort sur les transports en commun, non seulement ils lutteraient efficacement pour la protection de l’environnement mais ils contribueraient réellement à créer les emplois de demain. »


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.wwf.fr/actualites/plan_d...

17 octobre 2019
Au Rojava kurde, on attaque aussi une manière de vivre libre
Entretien
16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
16 octobre 2019
Une serre tropicale géante en projet dans le nord de la France
Info