Inondations historiques en Allemagne

Durée de lecture : 4 minutes

10 juin 2013 / liberation.fr



Les niveaux de la crue historique de 2002 ont été dépassés dimanche 9 juin. Des milliers de personnes sont évacuées en Allemagne et en Europe centrale.


Les autorités allemandes ont demandé dimanche 9 juin l’évacuation de 15.000 habitants à Magdebourg (est de l’Allemagne), où l’inquiétude était forte, face à des inondations historiques qui ont touché plusieurs pays d’Europe centrale et menacent désormais la Hongrie.

A Magdebourg (Saxe-Anhalt), pompiers, militaires et volontaires luttaient par milliers contre la montée inexorable des eaux de l’Elbe, dont le niveau a dépassé celui de la dernière inondation record de 2002, avec 7,45 mètres dimanche, contre 2 mètres environ en temps normal.

A l’entrée de cette ville de l’ex-RDA, en état d’alerte, les troncs des arbres ont disparu sous l’eau, a constaté une journaliste de l’AFP. Le terrain de la Foire de Magdebourg a été réquisitionné par l’armée et les pompiers venus de plusieurs régions.

En tout, 23.500 habitants de Magdebourg et ses environs ont été priés de quitter leur domicile durant le weekend, selon la cellule de crise locale.

Des mesures similaires avaient été prises ces derniers jours à Halle, Bitterfeld-Wolfen et Dresde, trois villes situées en amont (sur l’Elbe ou ses affluents) et où la situation s’est détendue.

Ces évacuations, qui « se déplacent » vers le nord avec la crue, sont des mesures de précaution, mais un porte-parole de Magdebourg a souligné que, compte tenu du danger, « les gens doivent vraiment partir ».

« Nous espérons que les digues vont résister à la pression ces prochains jours, mais on ne peut pas en être certains à 100% », a déclaré à l’AFP Andreas Hamann, porte-parole des pompiers de Hanovre et responsable des opérations dans le sud et l’est de Magdebourg.

Des hélicoptères ne cessaient de survoler la ville. La surveillance dans les airs et au sol a été encore accrue depuis qu’un groupe inconnu des services de police, nommé « Brigades germanophobes anti-inondations » selon la presse, a menacé par une lettre adressée à plusieurs journaux de s’en prendre aux digues de Saxe-Anhalt.

Cette menace est « prise au sérieux » par les autorités, a précisé le directeur de la cellule de crise en confirmant l’information.

Depuis une semaine, les intempéries et les inondations qui ont suivi en Allemagne, Autriche, Slovaquie, République tchèque et Suisse ont fait au moins 18 morts, dont 10 en République tchèque, occasionnant également des dommages matériels évalués à plusieurs milliards d’euros.

Des images aériennes spectaculaires ont montré des masses d’eau submergeant des quartiers entiers de villes, des autoroutes, des voies de chemin de fer, des usines ou des entrepôts...

Le président allemand Joachim Gauck a visité dimanche des villes touchées en Saxe et en Saxe-Anhalt. « On ne peut pas imaginer ce qu’il reste à surmonter », a-t-il déclaré à l’issue d’une messe à Halle, en allusion aux travaux de nettoyage et de remises en état notamment des bâtiments.

« Nous avons affaire à une catastrophe nationale », a dit au quotidien Leipziger Volkszeitung Gerda Hasselfeldt, députée du parti conservateur CSU de Bavière, une autre région durement touchée par les inondations, en particulier à Passau sur le Danube.

Le gouvernement de la chancelière Angela Merkel préparait une réunion de crise avec les dirigeants des Länder pour discuter de la répartition des coûts des inondations, selon ce journal.

Paradoxalement, le soleil brillait dimanche sur les zones inondées en Allemagne, obligeant les milliers de personnes affairées à remplir des sacs de sable à appliquer de la crème solaire et de la crème antimoustique.

Plus au sud, la situation était très surveillée sur le Danube, dont le pic des eaux se trouvait dimanche en Hongrie, après avoir touché le sud de l’Allemagne, l’Autriche et la Slovaquie.

Le fleuve a atteint dimanche à 13H00 GMT un niveau record de 8,90 mètres à Budapest et ne devrait plus augmenter, tandis que les digues de protection sur l’ensemble du fleuve en Hongrie tenaient bon.

Le pic de la crue devrait durer probablement six heures et la décrue s’étaler sur 7 à 8 jours.

« Selon nos informations, il y aura des infiltrations d’eau, ce qui est normal, mais nous pouvons gérer la situation », a déclaré le maire de Budapest Istvan Tarlos, lors d’une conférence de presse.

« Le pic s’approche du coeur du pays, nous avons deux jours très importants devant nous », avait déclaré plus tôt dans la journée le Premier ministre, Viktor Orban, à Esztergom (50 km au nord-ouest de Budapest), où il a passé la nuit.

Au total, quelque 1.400 personnes ont été évacuées dans le pays, par mesure de précaution.

En Autriche, Slovaquie et République tchèque, le gros des inondations était déjà passé et la situation se normalisait. Les autorités restaient cependant vigilantes, un nouveau front pluvieux étant prévu en soirée et dans la nuit dans certaines régions.

A Schärding, sur l’Inn, à la frontière avec l’Allemagne, l’une des localités les plus touchées par la crue de la semaine dernière, les travaux de déblayage ont été interrompus et les murs mobiles de protection ont de nouveau été installés, ont indiqué les pompiers.






Source : liberation.fr

Photos : guardian.fr

Sécheresses et inondations, annonce le GIEC

21 octobre 2020
Contre les Center Parcs « qui veulent remplacer la nature », les opposants se regroupent
Reportage
26 octobre 2020
Islamo-gauchisme et capitalo-fascisme
Édito
26 octobre 2020
Avec l’instruction en famille, « on a redécouvert notre enfant »
Reportage




Du même auteur       liberation.fr