Je te prête mon jardin, tu me prêtes ta main verte

Durée de lecture : 2 minutes

8 février 2014 / Sébastien Iwansson (Midi : onze)

D’un côté, des particuliers ayant un jardin, mais pas le temps ni l’envie de s’en occuper. De l’autre, des passionnés à la main verte n’ayant pas de terrain. Le site Internet Savez-vous planter chez nous propose de les mettre en relation. Une initiative maligne (et non lucrative !) qui remet l’échange et la nature au cœur du lien social…


Alex Broner, un Toulousain mordu de jardinage, s’est retrouvé bien désemparé après son emménagement dans un appartement du centre-ville. Un saut sur plantezcheznous.com et quelques clics plus tard, il rencontrait Lucien, ancien jardinier expérimenté dont l’âge avancé ne lui permet plus de s’occuper de son potager. En plus d’assouvir son besoin de nature, Alex fera, de son propre aveu, une très belle rencontre.

« À travers le jardinage, je cherchais aussi un contact avec d’autres personnes, raconte-t-il. Avec Lucien on s’est immédiatement tutoyé, c’est quelqu’un qui sait rester simple. Il m’a même offert un double des clés pour que je puisse venir quand je le souhaite. En contrepartie, je lui sélectionne de belles tomates et blettes quand j’ai des récoltes ».

Si le site n’impose pas de règles et se contente avant tout d’aider ces gens à se rencontrer par un système de petites annonces, il propose aussi des exemples de contrats pour ceux qui souhaitent cadrer leurs échanges. Ainsi certains propriétaires prêtent leurs terres en échange d’une partie des récoltes ou d’un coup de tondeuse à gazon, alors que d’autres sont simplement contents d’avoir quelqu’un pour tailler le bout de gras et faire revivre un peu leur jardin.

Du cojardinage !

On pouvait s’attendre à ce que les gens soient réticents à l’idée de laisser des inconnus entrer dans leur demeure et profiter de leur jardin. Pourtant, en à peine deux ans d’existence, le site plantezcheznous.com compte déjà des milliers d’annonces et propose des échanges dans tous les départements français et même quelques pays frontaliers.

« Plusieurs facteurs expliquent cet engouement, analyse Chantal Perdigau, co-fondatrice du site avec son frère. C’est tout d’abord une idée solidaire et avantageuse pour les deux partis. Et puis c’est dans l’air du temps, dans la continuité de tous ces échanges de bons procédés comme le covoiturage et les échanges de services, c’est du cojardinage ! »

Une forme d’agriculture urbaine

Non contente d’être conviviale, la pratique vient aussi opportunément répondre à une demande croissante de traçabilité alimentaire et d’une agriculture respectueuse de l’environnement dans les aires urbaines.

« En plus de la prise de conscience de l’importance d’une bonne alimentation, ajoute Chantal, il y a aussi l’idée d’investir les lieux publics et ramener la biodiversité en ville ». Le site héberge même quelques annonces d’apiculteurs cherchant des terrains pour installer leurs ruches. « Le problème des abeilles est important, précise-t-elle, car les potagers manquent souvent d’abeilles pour polliniser les légumes ».


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Midi : onze

Lire aussi : Chronique du jardin sans pétrole

12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
Tribune
13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
Entretien