Je vais décroître

Durée de lecture : 3 minutes

15 février 2009 / Elodie Vieille Blanchard

La décroissance au quotidien

Après avoir écouté Hervé Kempf et Jacques Généreux, au premier forum du Parti de Gauche, il y a deux semaines, expliquer la nécessité de réorienter le projet politique en fonction d’objectifs porteurs de sens, et d’élaborer pour cela des indicateurs plus pertinents que la croissance du PIB ; des indicateurs prenant en compte le poids des processus économiques sur les écosystèmes, l’égalité dans la société, les droits collectifs, la qualité des services publics ; après m’être enthousiasmée pour leur discours et les avoir applaudis des deux mains, je me suis dit que ce qui était bon à l’échelle d’une société ne pouvait pas être mauvais à l’échelle d’une personne.

Puisque je ne suis pas pourvue, à l’instar de certain-e-s de mes collègues – qui se livrent une guerre sans merci pour récupérer le plus possible d’heures sup’ et d’heures de « première chaire » -, d’une caisse-enregistreuse en lieu et place de cerveau, mais que j’ai besoin pour me sentir bien et pour avoir l’impression que ma vie a du sens, de temps pour respirer, pour rêver, pour me promener, pour lire, pour réfléchir, pour dormir, pour nouer des relations belles et intéressantes… J’ai décidé de décroître.

L’année prochaine, pour moi, ce sera -20%. 20% d’heures de travail en moins, 20% d’argent en moins. Je n’ai jamais été particulièrement économe, et je vais donc devoir faire un peu plus attention à mes dépenses. Mais dans une société où le salaire médian est aux alentours de 1400€, je me sentirai un peu plus proche de la moyenne des gens.

Je suis donc en train de réfléchir à la manière de dépenser moins d’argent, et j’ai déjà quelques pistes… Ci-dessous, il y a autant de propositions fausses que justes. Saurez-vous les départager ?

1) Je vais renoncer à ma voiture, en ces temps de pétrole cher.

2) Je vais continuer à circuler dans mon quartier en trottinette et en Vélib’, et à me rendre au lycée en train.

3) Je vais cesser d’acheter de la nourriture bio, et faire mes courses dans les magasins discount.

4) Je vais acquérir un peu moins de vêtements neufs, un peu plus chez Guerrisol, et surtout, essayer d’en acheter des durables.

5) Je vais renoncer à ma carte du Club Med Gym, où je me rends plusieurs fois par semaine pour faire du sport sur des machines.

6) Je vais continuer à faire du yoga dans mon studio en poussant tous les meubles, et à aller courir au Parc de la Cité Internationale à la nuit tombante.

7) Je vais acheter un peu moins de BDs, et en emprunter un peu plus à la bibliothèque municipale.

8) Je vais rompre avec mon habitude des week-ends à Londres ou à Barcelone en avion, et je profiterai plutôt de mon temps libre pour me promener à Paris avec mes ami-e-s.

9) Je pourrai repasser les chemises de mon mari, qui n’aura plus besoin de les déposer au pressing.

10) Je vais manger un peu moins souvent dans les restaurants végétariens (grrrmmbl).

Naturellement, si vous avez d’autres idées, je suis preneuse…



Source : http://altersociete.over-blog.com/

8 avril 2020
Coronavirus : aux Pays-Bas, le gouvernement mise sur le « confinement intelligent »
Reportage
3 avril 2020
Confinés avant le virus, ils témoignent
Enquête
9 avril 2020
Contre le virus, les plantes sauvages sont des alliées
Tribune




Du même auteur       Elodie Vieille Blanchard