Jean Sarkozy a bien mérité son diplôme de fils à papa

Durée de lecture : 2 minutes

12 octobre 2009 / Sauvons les riches

Le plan Jeunes du gouvernement fonctionne bien : la présidence de l’EPAD est proposée à Jean Sarkozy.


Le 8 octobre, on a pu apprendre que Jean Sarkozy briguait la présidence de l’Etablissement public d’aménagement du quartier d’affaires de La Défense (l’EPAD) pour remplacer Patrick Devedjian atteint par la limite d’âge.

Immédiatement se sont élevées des voix pour dénoncer qui son incompétence, qui le caractère népotique de la chose (Jean Sarkozy est accessoirement le fils de Nicolas Sarkozy, président de la République et ancien président du conseil général du 92).

Sauvons les riches tient à rappeler à ces contestataires que Jean Sarkozy, s’il n’a pas encore mené ses études de droit à leur terme, a déjà un diplôme, celui de fils à Papa.

Cette possible présidence honore d’ailleurs la mention Balkany décernée à l’impétrant à l’unanimité par le jury.

Surtout, cette possible présidence s’incrit dans le cadre du Plan Jeunes annoncé par le chef de l’Etat et Sauvons les riches s’en félicite. Les gauchistes et extrêmes centristes ont pu dénoncer le fait que l’on consacrait 5 fois moins aux restaurateurs qu’aux jeunes de moins de 25 ans ou que l’extension du RSA était en fait une mesure qui allait laisser de côté 98% des moins de 25 ans.

Mais là, force est de reconnaître que confier un établissement amené à jouer un rôle décisif dans le Grand Paris à une personne de moins de 25 ans est une belle preuve de confiance dans la jeunesse. Dans quelques années, quand Jean Sarkozy aura redressé la Défense et obligé quelques entrepreneurs de start-up (Bouygues, Vinci etc..), les mauvaises langues se rendront compte que ce pied-à-l’étrier-à-son-jeune était finalement la mesure la plus décisive du plan Jeunes de Nicolas Sarkozy.

Rendez-vous d’ici le 4 décembre pour une action-piqûre-de-rappel avant l’intronisation de Jean par ses pairs et par son père.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source :

Lire aussi : Jean Sarkozy reçoit le diplôme de fils à papa http://www.reporterre.net/spip.php?... ; et la video : http://sauvonslesriches.fr/?p=224

16 octobre 2019
La carte des luttes contre les grands projets inutiles
Enquête
15 octobre 2019
Lubrizol : des analyses rassurantes, mais insuffisantes
Enquête
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage




Du même auteur       Sauvons les riches