Kashima paradise. NDDL, le précédent japonais

7 mars 2013 / Mémoire des Luttes

La lutte contre un aéroport géant... C’était au Japon, dans les années 1970


NOTRE-DAME-DES-LANDES. Le précédent japonais

Des mouvements pour la défense de la terre contre des projets d’aéroports, il y en a eu d’autres avant celui, admirable, qui s’oppose aujourd’hui à la construction de l’absurde mégaprojet de Notre-Dame-des-Landes.

Rappelons, par exemple, les luttes victorieuses des écologistes et des paysans mexicains, en 2001, contre l’initiative du gouvernement mexicain d’exproprier des terres dans la commune d’Atenco afin de construire un nouvel aéroport pour la ville de Mexico [1].

Mais la bataille la plus exemplaire et la plus formidable contre un projet d’aéroport géant reste celle de Narita au Japon [2]. Vers 1970, en effet, entre Kashima et Tokyo, les autorités décident de construire l’immense aéroport de Narita sur des terres agricoles très fertiles.

Mais les paysans refusent de vendre leurs parcelles, s’organisent et résistent. Des milliers d’étudiants solidaires et d’écologistes accourent alors de tout le pays les soutenir et leur prêter main forte. Ensemble, au cours de batailles homériques, ils affrontent - durant des mois - les compagnies de gardes mobiles casqués, armés de matraques et de boucliers géants, envoyés pour les expulser.

A cette époque, le cinéaste Yann Le Masson part au Japon rejoindre une jeune sociologue, Bénie Deswarte, qui étudie la société japonaise. Tous deux, caméra et micro déployés, ils décident de filmer la « bataille de Narita ».

Ils suivent pas à pas les affrontements et les résistances contre la construction du gigantesque aéroport de Narita. Leurs images, inoubliables, rappellent celles des chevaliers teutoniques dans Alexandre Nevsky, le chef d’œuvre d’Eisenstein. Ils montrent les chocs héroïques entre paysans et étudiants contre les gendarmes et les soldats imbriqués dans une inextricable mêlée.

Leur documentaire, Kashima Paradise, se présente comme un somptueux poème en noir et blanc à la gloire des paysans qui défendent leurs terres et refusent de les vendre au profit d’une prétendue expansion économique du Japon. En réalité, un mégaprojet destiné à devenir un "paradis" pour les entreprises multinationales.

Yann Le Masson et Bénie Deswarte composent ainsi, avec une élégance exquise, par petites touches, un des plus beaux et bouleversants documentaires engagés du cinéma français, magnifié par un puissant commentaire de Chris Marker [3].

Filmé en noir et blanc, ce film est devenu la référence du cinéma militant des années 1970.

Kashima Paradise

[France, 1973, 112 min]
Réalisation : Yann Le Masson, Bénédicte Deswarte
Scénario : Benie Deswarte, Yann Le Masson
Production : Les Films Grain de sable
Image : Yann Le Masson
Musique : Hiroshi Hara
Commentaires : Chris Marker
Semaine internationale de la critique au Festival de Cannes 1973
Nominé pour les Oscars 1974

Disponible aux Editions Montparnasse.

...........................................

Notes

[1] Rue 89 Ici et Reporterre Ici

[2] http://npamenton.unblog.fr/2010/08/01/1971-japon-la-bataille-de-narita-entre-la-population-et-letat/

[3]http://susauvieuxmonde.canalblog.com/archives/2011/06/28/21500761.html




Source : Mémoires des luttes

Première mise en ligne sur Reporterre le 11 décembre 2012.

Lire aussi : La bataille des barrages de la Loire, une autre victoire écologiste

Consulter par ailleurs : La bibliothèque de Reporterre



23 mai 2019
L’écologie, grande absente des campagnes électorales en Espagne
Info
23 mai 2019
Face à l’irresponsabilité de M. Macron, décrochons ses portraits
Tribune
24 mai 2019
Températures, fonte des glaces, catastrophes : les rapports scientifiques donnent le vertige
Info