L’Afsset reconnait la dangerosité des lignes à haute tension

Durée de lecture : 2 minutes

13 avril 2010 / Michèle Rivasi

L’Agence de sécurité sanitaire préconise « de ne pas installer de nouveaux établissements accueillant des enfants à proximité immédiate des lignes à très haute tension »


A la demande des ministères de la santé et de l’environnement, l’AFSSET [Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail] a rendu le 29 mars dernier un avis sur les champs électromagnétiques « extrêmement basses fréquences » (EBF), principalement émis par les lignes électriques, ou par tout appareil branché sur le réseau électrique. Sur les risques éventuels de leucémie infantile et l’exposition des plus fragiles, l’Afsset préconise « de ne pas installer ou aménager de nouveaux établissements accueillant des enfants (écoles, crèches…) à proximité immédiate des lignes à très haute tension, et de ne pas implanter de nouvelles lignes au-dessus de tels établissements ». L’agence recommande aussi une distance minimum de 100 mètres entre les lignes à très haute tension et ces établissements.

"Il était temps que l’AFSSET reconnaisse ce risque, mais cela va-t-il vraiment changer les choses ?," s’interroge Michèle Rivasi, députée Europe Ecologie PACA/Rhône-Alpes. "Il faut savoir que le lien entre l’apparition des leucémies infantiles et la proximité des lignes électriques a été mis en évidence depuis 1979", poursuit l’élue Verte, également biologiste et fondatrice du Crirem (Centre de Recherche et d’Information sur les Rayonnements Electromagnétiques). Ce lien a ensuite été démontré à de nombreuses reprises, en particulier avec l’étude Draper publiée en Angleterre en 2005.

"Réalisée sur plusieurs dizaines de milliers d’enfants, l’étude Draper montre un risque de leucémie infantile 69 % plus élevé que la moyenne si le lieu de naissance se trouve à moins de 200 mètres d’une ligne à haute tension, et encore 23 % supérieur à la normale si l’on se trouve à une distance comprise entre 200 et 600 mètres de distance", résume la députée européenne.

"D’autres études indiquent un doublement du risque de leucémie infantile pour une exposition supérieure à 0,4 microTesla, l’unité du champ magnétique des champs EBF, signale Michèle Rivasi. Pourtant, en France, un arrêté de 2001 fixe la limite d’exposition à 100 microTesla ! Soit plus de deux cent fois plus. C’est cela la réglementation actuelle. A mes yeux, elle est inacceptable."

"C’est pourquoi il faut exiger des pouvoirs publics qu’ils suivent les recommandations de l’AFSSET. Mais aussi d’aller plus loin, en appliquant les servitudes de 30 mètres prévues par le décret du 19 août 2004, et en arrêtant d’attribuer des permis de construire sous des lignes à très haute tension, demande Michèle Rivasi. Il est également nécessaire de limiter l’exposition du public à 0,2 microTesla, telle que le recommandent les institutions internationales."



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.michele-rivasi.eu/sur-le...

Référence de l’avis de l’Afsset : http://www.afsse.fr/index.php?pagei...

Lire aussi : EPR : enquête publique pour la ligne THT dans le Cotentin http://www.reporterre.net/spip.php?...

14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
13 novembre 2019
EN VIDÉO - Contre le déclin des oiseaux, les naturalistes misent sur le baguage
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie




Du même auteur       Michèle Rivasi