L’Andra fête Halloween en acceptant des produits radioactifs interdits

Durée de lecture : 4 minutes

1er novembre 2012 / Michel Gueritte (Ville sur Terre)

Le centre de Soulaines a accepté pendant des années des déchets radioactifs qui y sont normalement interdits : de l’américium dont la période radioactive dépasse 400 ans.


ANDRAWEEN est la fête que l’on ne célèbre pas.
La fête des cimetières de déchets radioactifs.
Les cimetières de surface (La Hague, Soulaines, Morvilliers),
les caveaux provisoires (Morvillliers, Le Bugey)
et les très profonds comme ceux que l’ANDRA (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) dessine dans le canton
de SOULAINES et à BURE...

HALLOWEEN est la fête célébrée dans la soirée du 31 octobre,
veille de la Toussaint.
Les enfants sculptent des têtes grimaçantes.
Éclairées par la lumière d’une bougie, les têtes sont déposées
sur les rebords des fenêtres, des puits,
les murs des cimetières ou aux croisements des chemins pour effrayer
les passants.
Et les enfants se déguisent en fantôme, en sorcier et jouent à se
faire peur.

A l’ANDRA sévissent de nombreux apprentis sorciers
comme FABRICE BOISSIER dans sa robe de bure,
le vénéré gourou de la secte de la maîtrise des risques
qui s’est illustré récemment à BURE.

Eh bien, le directeur des cimetières nucléaires de Soulaines et de
Morvilliers, l’apprenti sorcier PATRICE TORRES vient de lui faire un risque dans le dos !
Un risque de sorcellerie : un risque dont l’effet n’aura lieu que dans 300 ans !

L’apprenti sorcier Patrice TORRES

Ce risque non maîtrisé, c’est la livraison par le CEA-VALDUC
(Côte d’Or) d’américium 241 dont la période est de 432 ans dans le cimetière nucléaire de Soulaines, un lieu interdit aux radionucléides dont la période est de plus de 30 ans !
Il s’agit de détecteurs de fumée.

Le communiqué de presse est amusant.

1 – Le stockage de ce type de détecteurs d’incendie avec chambre
ionique à l’américium 241 est interdit à Soulaines.

2 – De 2007 à 2011 le CEA VALDUC a livré 8 colis interdits à
Soulaines.

3 – Mais l’ANDRA les a acceptés parce que la radioactivité
mesurée par l’ANDRA est conforme aux valeurs autorisées !

4 – L’ANDRA qui ne savait pas ce que c’était, mais qui faisait
confiance à la déclaration, vient seulement d’apprendre de quoi il s’agissait !

5 – Alors maintenant Soulaines refuse tous les colis en provenance
du CEA Valduc !!!

Histoire incroyable quand on sait la qualité des déchets qui
traînent à VALDUC...

Et l’apprenti sorcier, qui s’apprête à enfouir dans le canton
de Soulaines les déchets FA-VL,
de déclarer à L’ESTCLAIR que c’est très embêtant,
parce que dans 300 ans on va retrouver cet americium 241...

A cause du CEA-VALDUC, dans 3 siècles, on ne pourra pas banaliser le
site et le rendre à la nature !

De qui se moque t-on ?

Quand on connaît les quantités d’uranium, de plutonium de chlore
36, et autres radionucléides deja stockés à Soulaines.

Notez que ce n’est pas la première fois que l’apprenti sorcier
Patrice TORRES a des soucis avec le contenu des colis.
L’an dernier, à la même époque, des grenades de la première
guerre mondiale étaient découvertes dans des big-bag de déchets TFA

Enfin : hasard ou nécessité de se donner une bonne image de
volonté de maîtriser les risques,
cet incident a été déclaré par l’ANDRA la veille d’une
importante réunion à SALIVES
(à côté de VALDUC),
IRSN, CEA, SEIVA et le maire-sénateur de SALIVES avaient pour
mission de rassurer les populations
.

Nouveau : les rejets de tritium de VALDUC ne sont plus exprimés en Tera Becquerels, mais en grammes.
Un gramme par an, c’est rien !
Et trois grammes l’année prochaine, c’est trois fois rien !

Bure, Soulaines, Morvilliers, Valduc... mêmes mensonges.

Joyeux Halloween !



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Courriel à Reporterre de Ville sur Terre

Lire aussi : Gaia dans la piscine

17 février 2020
Barbara Stiegler : « Le néolibéralisme est confronté à un mur. Même les élites commencent à douter »
Entretien
18 février 2020
Colza et tournesol OGM bientôt interdits en France ?
Info
18 février 2020
Après le blocage de BlackRock : nous sommes fiers de cette jeunesse !
Tribune