L’EPR finlandais se révèle un gouffre financier

Durée de lecture : 2 minutes

1er septembre 2009 / Greenpeace

Pour couvrir les retards du chantier de l’EPR en Finlande, Areva provisionne 2,3 milliards d’euros. Soit un surcoût de 75 % par rapport au prix initial.

Areva vient d’annoncer une nouvelle provision de 550 millions d’euros pour couvrir les surcoûts engendrés par la construction de son réacteur en Finlande. Pour la première fois, Areva annonce le montant total des provisions liées à ce chantier -2,3 milliards d’euros. Ceci à rapporter au coût initial prévu : 3 milliards d’euros.

Depuis, la mise en chantier de cet EPR dit de 3e génération, Areva accumule les retards et les déconvenues qui ont aujourd’hui une traduction concrète en termes financiers : virtuellement, une multiplication par deux du coût initial.

Ces retards sont notamment consécutifs à des demandes répétées de la partie contractante finlandaise de revoir le système de sécurité de l’EPR. Ces demandes –du reste formulées par l’ensemble des potentiels clients étrangers d’Areva (la France continuant de demeurer mystérieusement à l’abri du risque nucléaire) -, sont consécutives à de graves erreurs de conception de ce réacteur

« Face à ce marasme économique, Areva menace aujourd’hui son client finlandais d’interrompre la construction de l’EPR. En clair, Areva prend en otage la sécurité des citoyens européens et lui impose un coût : les 2,3 milliards de provisions que l’entreprise vient de passer dans ses comptes », analyse Laura Hameaux, Responsable de Campagne Nucléaire à Greenpeace France.

Cette dernière turpitude de l’autoproclamée « renaissance nucléaire » nous éclaire sur la réalité de son modèle économique et politique. Le modèle nucléaire ne tient et n’a tenu qu’en l’absence de débat démocratique. Cette opacité a jusqu’alors maintenu dans l’ombre la structure de coût réel de ce modèle et les risques objectifs qu’il fait courir aux citoyens.

« Un réel débat démocratique doit être ouvert s’agissant de notre politique énergétique. Et ce débat devra d’abord poser des questions essentielles jusqu’alors totalement ignorées : quel est le coût réel de l’électricité nucléaire ? Quels risques techniques et géopolitiques ce modèle fait-il peser sur la planète ? Le nucléaire est-il réellement une réponse au défi du changement climatique comme le prétend Areva ? », explique Antoine Foucher, Directeur des Campagnes à Greenpeace France.

La « renaissance nucléaire » ne saurait résister à l’examen de ces questions. Ce modèle craquèle à mesure qu’il cherche à s’exporter et donc s’expose au débat.

Greenpeace réitère sa demande d’arrêt immédiat du programme EPR dans sa globalité, qu’il s’agisse d’Olkiluoto, de Flamanville ou du nouveau projet de Penly.

...............................................


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://blog.greenpeace.fr/news/epr-...

Lire aussi : EPR en Finlande : ça patauge grave http://www.reporterre.net/spip.php?...

14 septembre 2019
VIDÉO - La chasse des animaux prisonniers, une pratique cruelle et sadique
Tribune
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
16 septembre 2019
La réforme Blanquer à l’assaut des langues régionales
Info




Du même auteur       Greenpeace