L’Europe réduit son aide aux pays pauvres

Durée de lecture : 2 minutes

15 mai 2009 / Coordination Sud

Alors que la crise financière touche durement les pays les plus pauvres, la majorité des pays européens - dont la France - réduisent leur aide.

Alors que les pays pauvres sont les plus touchés par les conséquences économiques de la crise financière, l’aide des Etats membres de l’Union européenne (UE) est largement insuffisante : d’après le nouveau rapport de Concord, la confédération des ONG européennes, l’UE ne respectera pas son engagement d’allouer 0,56% de sa richesse nationale à l’aide aux pays pauvres en 2010.

A quelques jours du Conseil européen des Affaires générales et relations extérieures (CAGRE), Concord révèle, dans son rapport publié le 14 mai à Bruxelles, que les chiffres de l’aide publique au développement (APD) continuent à être gonflés artificiellement, à hauteur de 8 milliards d’euros, par la comptabilisation de dépenses ne dégageant pas de ressources nouvelles pour le financement du développement : les allègements de dettes (5 milliards €), le coût des étudiants étrangers dans les universités européennes (2 milliards €) et les dépenses liées à l’accueil des réfugiés en Europe (1 milliard €). L’aide européenne qui contribue réellement à l’éradication de la pauvreté et des inégalités ne représente que 0,36% du revenu national brut, contre un affichage officiel de 0,40% (50 milliards €).

Au-delà, l’absence de volonté politique se traduit, dans certains pays, par des réductions des budgets alloués à l’aide. Ainsi, l’Italie, l’Irlande, l’Estonie ont pratiqué des coupes claires dans leur budget d’APD en 2009 et la Lettonie a suspendu l’intégralité de ses activités de coopération au développement.

La France n’est pas en reste : après l’Allemagne, elle demeure le pays européen dont l’aide est la plus fortement gonflée artificiellement. Il est, de plus, avéré qu’elle n’atteindra pas l’engagement européen de 2010.

D’après Justin Kilcullen, le président de Concord, « l’histoire jugera l’Europe sur les mesures prises aujourd’hui. Si elle échoue, elle sera perçue comme ayant tourné le dos aux plus pauvres au moment où ils avaient le plus besoin de son soutien et, ainsi, manqué à son devoir de solidarité. »

Jean-Louis Vielajus, président de Coordination SUD, rappelle cependant que « certains pays restent, toutefois, fidèles à leurs engagements : l’Espagne, pourtant beaucoup plus durement touchée que la France par la crise, confirme sa solidarité envers les pays pauvres et accroît régulièrement son aide. En 2008, son APD s’est accrue de 20%. Le Royaume-Uni, dont l’APD a augmenté de 24% en 2008, a préservé les moyens alloués à l’APD pour la période 2010/2011 et devrait y consacrer 0,60% de son revenu national brut à l’APD. »

La France et l’ensemble des pays de l’UE ne peuvent se dédouaner de leurs responsabilités envers les pays et les populations les plus pauvres. Les ONG européennes attendent de leurs gouvernements l’annonce de mesures concrètes lors du CAGRE des 17 et 18 mai prochain.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : http://www.coordinationsud.org/

Rapport de Concord : http://www.concordeurope.org/Public....

Concord est le sigle de la Confédération européenne des ONG d’urgence et de développement.

15 novembre 2019
« Le maintien de l’ordre vise à terroriser et décourager en infligeant des blessures graves »
15 novembre 2019
Porté par son succès, le vin naturel affirme sa dissidence
14 novembre 2019
Une épicerie gratuite pour les étudiants qui ne mangent pas à leur faim




Du même auteur       Coordination Sud