L’accord entre écolos et PS vu par Mélenchon : ce n’est pas brillant !

Durée de lecture : 16 minutes

21 novembre 2011 / Jean-Luc Mélenchon



Le Conseil national d’Europe Ecologie Les Verts a adopté samedi 19 novembre l’accord programmatique conclu dans la semaine (et dans la douleur) avec le Parti socialiste. Voici l’analyse qu’en fait Jean-Luc Mélenchon, qui remarque notamment que « La promesse de fermer progressivement 24 réacteurs est d’autant plus facile à tenir... qu’elle est déjà au programme d’EDF. »


(...)
Je suis de parti pris, je le reconnais. Je veux dire que je suis en phase avec ce que dit Cohn-Bendit. Attention, je ne parle pas de ce qui ferait de moi un agent de la droite et de l’extrême-droite si je le répétais à propos de l’autorité et de la ségolénisation du « prochain-président ». Il s’agit du référendum sur le nucléaire. C’était le cœur de ma proposition aux candidats de gauche dans un courrier /récent. Aucune réponse socialiste.

Et maintenant que Cohn-Bendit le demande ? Un petit garde-à-vous socialiste serait normal ! Je vais les aider à passer la pastille ! Avec un souvenir utile. Dans la mesure où, en toute modestie cela s’entend, le « prochain président », comme il s’est nommé à la une de Libération, se compare à François Mitterrand, il serait peut-être utile de rappeler la proposition numéro 38 des 110 propositions du programme de 1981. Ce serait l’occasion de tenir parole 30 ans après. Lisez : "L’approvisionnement énergétique du pays sera diversifié. Le programme nucléaire sera limité aux centrales en cours de construction, en attendant que le pays, réellement informé, puisse se prononcer par référendum. Les crédits en faveur des énergies nouvelles ou des technologies nouvelles d’exploitation des énergies traditionnelles (charbon) seront très considérablement augmentés". Et pendant qu’on y est, on y ajoutera la proposition numéro 40 : "Une loi cadre garantira le contrôle des citoyens et des élus sur toutes les décisions, notamment les questions de sécurité touchant au nucléaire".

J’en viens à l’accord conclu entre Europe-Ecologie et le PS. Je note qu’il oblige Europe-Ecologie-Les-Verts à renoncer à plusieurs des "conditions incontournables" fixées lors de son congrès de juin dernier. Vous aviez dit « incontournables » ? Je m’abstiendrai ici de toute interprétation sur les intentions des protagonistes, pour m’en tenir à la comparaison des textes et des contenus.

La résolution de ce congrès d’EELV fixait des conditions précises pour l’élaboration d’un "pacte d’alternative" avec leurs "partenaires de gauche". Cela concerne donc aussi le Front de Gauche. On a beaucoup entendu parler du nucléaire et je vais moi-même y revenir. Mais les conditions fixées par les Verts allaient bien au-delà. Ils appelaient notamment, parmi les "conditions incontournables", à l’avènement d’une "6e République parlementaire, incluant la généralisation des modes de scrutin proportionnels". Comment comprendre alors que le texte signé avec le PS s’en tienne à la proposition de François Hollande d’une "République nouvelle" et ne mentionne pas la 6e République ? Hollande y est hostile, « Une réforme des institutions, oui. Un changement de République, non. » a-t-il déclaré dansDirect Matin en septembre dernier. Clair et net. Mais sur l’introduction de la proportionnelle dans cette réforme des institutions, c’est le grand flou. Certes, il en est question. On évoque une dose de proportionnelle, ce qui, on en conviendra, n’est pas la même chose. Mais, est-ce un effet de la gomme qui a déjà servi pour le chapitre MOX, le texte oublie malencontreusement de mentionner le pourcentage de députés qui seraient élus à la proportionnelle ! Ici les promesses ne peuvent même pas engager ceux qui y croient car on ne sait à quoi il faut croire…

Une autre "condition incontournable" fixée par les Verts était "l’abrogation de la réforme des retraites et la garantie d’un droit à la retraite à 60 ans avec un revenu décent". Or, conformément là aussi avec la position du PS, l’accord signé ne propose pas d’abroger la réforme des retraites mais de la "remettre à plat". Et l’accord limite le rétablissement du droit à la retraite à 60 ans "pour toutes celles et ceux qui ont commencé à travailler tôt ou qui ont exercé des métiers pénibles". De fait, il n’y a donc plus de droit à la retraite à 60 ans pour tous dans cet accord.

Je souligne au passage que sur ces deux sujets, retraites et institutions, c’est le Front de Gauche, et pas le PS, qui remplit dans son programme « L’Humain d’abord » les conditions « incontournables » fixées par les Verts pour signer un « accord de partenariat ». Nous sommes pour la "6e République parlementaire". Nous proposons le "rétablissement de la proportionnelle à toutes les élections". Nous sommes pour l’abrogation de la réforme des retraites. Nous sommes pour le droit à la retraite à 60 ans à taux plein pour tous.

Vient la question du nucléaire.

Voici, très précisément, ce que les Verts avaient fixé comme condition incontournable à ce sujet : "Une loi de sortie du nucléaire en 25 ans, incluant la fermeture de tous les réacteurs de plus de 30 ans ou en zone « dangereuse », en commençant par Fessenheim ; l’arrêt de l’EPR, l’abandon du projet ITER et l’arrêt de la filière plutonium à La Hague".

De sortie du nucléaire, il n’en est plus question, comme on le sait. Le texte reprend la position de Hollande : "Nous réduirons la part du nucléaire dans la production électrique de 75% aujourd’hui à 50% en 2025 ». J’ai bien noté comme tout le monde que l’accord signé prévoit "la fermeture progressive de 24 réacteurs". C’est un utile rappel de ce qui est déjà prévisible aujourd’hui compte tenu de l’ancienneté des réacteurs installés. Les 24 réacteurs les plus anciens auront en effet entre 43 et 48 ans en 2025, alors qu’ils ont été conçus pour durer 30 ans. La fermeture progressive ? EDF travaille à augmenter leur durée de vie jusqu’à 40 ans mais provisionne aussi pour la suite leur démantèlement. C’est d’ailleurs parce que ces vieux réacteurs arrivent en fin de vie qu’EDF travaille sur des réacteurs de nouvelle génération. Voilà donc une promesse d’autant plus facile à tenir qu’elle est déjà au programme d’EDF.

L’accord EELV-PS me pose d’autres problèmes. Je veux parler de sa manière d’aborder l’état d’urgence économique et sociale et de la façon d’y répondre. C’est la grande question de la période. Sur la dette, n’est-il pas étonnant que le texte reprenne à son compte la proposition de François Hollande "d’un retour à l’équilibre en 2017" ? Les Verts ont-ils mesuré l’ampleur de la purge que cela représenterait en l’absence d’une taxation massive du capital que l’accord ne prévoit pas ?

Autre point crucial : J’ai bien noté dans ce texte l’absence de remise en cause de l’Europe du Traité de Lisbonne. Pourtant cela n’empêche pas le document de multiplier les propositions qui sont très contradictoires avec le dit Traité ! Les socialistes sont-ils d’accord pour la désobéissance aux injonctions européennes comme nous ? Comme "repenser le rôle et les missions de la Banque Centrale Européenne" qui sont fixées par le Traité ? A ce sujet, l’accord PS-EELV propose que la BCE puisse "racheter" des emprunts d’Etat. Racheter ou acheter ? Ce n’est pas du tout pareil. Car s’il s’agit de racheter, j’en déduis que l’option du prêt direct de la Banque Centrale Européenne aux Etats est écartée par ce texte !

Autre bizarrerie : L’audace d’un projet de taxation des transactions financières ! Cela sonne clair comme une bonne revendication de la gauche. A regarder de près. Mauvaise surprise. N’est-il pas étonnant aussi que le texte propose de fixer à "0,05 %" une "taxe sur les transactions financières" ? Les négociateurs de l’accord ne savent-ils pas que le président de la Commission européenne Barroso a déjà proposé une taxe de 0,1% ? Ainsi l’accord PS-Verts propose de taxer deux fois moins les flux de capitaux que Barroso. Sans commentaire.

Il y a un autre sujet sur lequel l’accord fait moins que ce qui se fait déjà aujourd’hui. C’est l’école.

L’accord signé par le PS et Europe-Ecologie dit que "L’acquisition d’un socle commun de savoirs et de compétences (lire, écrire, compter, cliquer) doit redevenir la vocation première de l’Education Nationale." Or l’article 9 de la loi Fillon de 2005, actuellement en vigueur, ne va-t-il pas déjà plus loin ? Le voici : "La scolarité obligatoire doit au moins garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l’acquisition d’un socle commun constitué d’un ensemble de connaissances et de compétences. Ce socle comprend : – la maîtrise de la langue française ; – la maîtrise des principaux éléments de mathématiques ; – une culture humaniste et scientifique permettant le libre exercice de la citoyenneté ;- la pratique d’au moins une langue vivante étrangère ;- la maîtrise des techniques usuelles de l’information et de la communication." Mais bien sûr, « lire, écrire, compter » et surtout «  cliquer », c’est tellement plus… simple à comprendre quand on n’a appris qu’à « lire, écrire, compter » et surtout « cliquer ».

Quant aux autres services publics, pourtant décisifs pour la réorientation écologique des transports et de l’énergie, l’accord ne prend pas position pour ou contre leur libéralisation et leur mise en concurrence. Il propose une "évaluation objective de l’ouverture à la concurrence". A notre avis cette évaluation est déjà faite par les luttes qui se déroulent partout. Je rappelle que pour notre part au Front de Gauche, nous proposons de "protéger les services publics de la libéralisation et de la mise en concurrence". Et de "stopper toutes les libéralisations entreprises notamment dans les secteurs du rail, du courrier et de l’énergie."

L’accord PS–Verts n’est guère avancé sur un point pourtant lourd de conséquences. C’est l’indécision discrète qui prédomine en ce qui concerne l’OTAN. Ce n’est pas un petit sujet, non ? L’accord propose d’"évaluer les effets concrets de la réintégration de la France dans l’Otan". Ah ! Vous n’êtes pas au courant déjà ? Vous n’avez pas de parlementaires aux commissions de défense des deux assemblées ? Et quand bien même ! Vous n’avez pas d’avis politique sur la question ? Non. Ils vont « évaluer ». Ce qui montre que le lobby atlantiste est plus discret mais plus efficace que celui du nucléaire pour aider à écrire les textes… Le Front de Gauche qui ne subit pas cette influence propose tout simplement que la France se retire de l’Otan.

Pour ne pas rester sur une note déprimante, je viens sur une dimension de projet lié au thème. La transition énergétique est une idée radicale. Est-elle concrète ? Je veux ici relancer le débat général sur ce point. D’après moi, il n’est pas bon de se limiter à la question du nombre d’emplois en jeu selon les scénarios pro ou anti-nucléaire. Bien sûr que cela compte. Bien sûr que c’est décisif pour convaincre dans les deux cas. Mais ce n’est pas intellectuellement satisfaisant.

Ce n’est pas le nombre d’emplois qui rend supportable un risque aussi majeur ou bien une décision aussi radicale. Sait-on faire autrement est une vraie question. Incontournable. Nous ne partons pas de rien dans ce domaine, faut-il le rappeler. L’association Négawatt met a notre disposition un formidable matériel de travail. Elle a présenté son nouveau scénario fin septembre de cette année. Cette association a été créée en 2001 comme un groupe d’expertises et de propositions sur la politique énergétique de la France. Ses travaux sont reconnus pour leur sérieux. Ils nourrissent nos réflexions de citoyens sans chercher à nous embrigader. Ses travaux comblent opportunément les faiblesses de la recherche privée mais aussi publique sur les économies d’énergie et les renouvelables

Négawatt reprend le triptyque "sobriété, efficacité énergétique, énergies renouvelables". Selon l’association, il est possible de sortir du nucléaire en 2033 et de couvrir 91% des besoins par les énergies renouvelables en 2050 sans remettre en cause l’essentiel du confort de nos sociétés modernes. Car le scénario 2011 a été construit à partir des usages et des besoins et non des ressources. C’est une grande différence avec les précédents scénarios. Cette différence permet de faire tomber la caricature facile de ceux qui accusent les partisans de la sortie du nucléaire de vouloir revenir à la bougie. Surtout, cela permet de situer les discussions et les critiques sur un terrain rationnel avec une exigence d’argumentation dans un domaine ou le péremptoire est trop souvent roi.

Le scénario présenté par Négawatt propose de donner à la France une contribution à la lutte contre le changement climatique à la hauteur de son impact dans la production de gaz à effets de serre. Le scénario de Négawatt reviendrait à diviser les émissions françaises de CO2 par deux en 2030 et par 16 en 2050, par rapport à 2010. Dès lors, les émissions de CO2 cumulées sur la période 2011- 2050 seraient cohérentes avec les objectifs pour limiter la hausse moyenne de température de 2°C en 2100. L’association propose d’accorder une priorité absolue aux économies d’énergie. Car dans cette optique, l’énergie la moins chère et la moins polluante est celle qu’on ne consomme pas. Cette idée peut paraître banale. On peut penser qu’il s’agit d’un simple a côté de la bataille centrale pour de nouvelles sources d’énergie. Il n’en est rien. C’est un défi global qui inclut une révision en profondeur de l’existant.

Le scénario 2011 estime qu’on peut réduire les besoins en énergie primaire des deux tiers d’ici à 2050 par rapport à aujourd’hui. Pour cela, il faut une politique très volontariste de sobriété et d’efficacité énergétique. Là est un gisement de responsabilité pour l’implication citoyenne. Rien que dans le bâtiment, Négawatt identifie une économie possible de 600 térawatt/heure, soit une fois et demie la production nucléaire actuelle. L’association parle d’une hausse progressive du nombre de logements mis en chantier de sobriété énergétique chaque année pour atteindre un million par an à partir de 2022. Mais pour isoler des logements de manière aussi massive, il faut des artisans et des salariés formés. Il faut donc des formateurs. Et il faut aussi des matériaux. Il faut les produire, les acheminer et ainsi de suite. Tout cela doit donc s’organiser dans le temps et dans l’espace. C’est un bon exemple concret de ce que devra être la planification écologique.

Ce qui me plait aussi dans ce document, c’est le grand angle de son approche. L’association prend en compte l’impact sur l’usage des sols et l’agriculture d’une relocalisation des productions et d’un recours importants à la biomasse. Il prévoit aussi une "anticipation de la fin des "fossiles faciles" à l’approche des pics de production". Il s’agit de limiter le choc que constituera l’épuisement des ressources de pétrole notamment et de l’explosion du prix qui la précédera. C’est aussi une question d’indépendance nationale. Pour cela, le scénario propose une utilisation de ces "fossiles faciles" progressivement limitées à certains secteurs, comme la pétrochimie ou la fabrication de matières premières industrielles, ou à quelques usages spécifiques comme l’aviation.

A partir du moment où, comme le prévoit ce scénario, on a réduit nos besoins en énergie des deux tiers, une bonne partie du chemin est fait. Le scénario Négawatt estime qu’avec un recours prioritaire aux énergies renouvelables, celles-ci pourraient représenter 91% de l’énergie utilisée en 2050. C’est essentiel ! Car le programme du Front de Gauche fait de la sortie des énergies carbonées l’objectif commun fondamental de la politique de transition énergétique. Négawatt démontre que c’est possible en expliquant qu’il est possible d’obtenir "un système énergétique français presque totalement décarboné malgré un arrêt maîtrisé et cohérent de toute production d’électricité nucléaire en 2033". Plus de nucléaire en 22 ans, presque plus de CO2 en 40 ans. Il y a de quoi s’enthousiasmer. A chacun de se construire un avis motivé sur la faisabilité d’un projet qui permet de discuter sur un terrain concret.

Bien sûr, tout n’est pas parfait dans ce travail, je m’en doute. Comment pourrait-il en être autrement ? Tout ne m’a pas convaincu, vous le devinez. Ce document doit être discuté. Par exemple, Négawatt estimait auparavant à 684 000 créations nettes d’emplois à l’horizon 2020 les conséquences de son précédent scénario. Cette estimation est pour l’heure absente des travaux du nouveau scénario. Il en va donc de même pour la question, décisive, de la formation et de la qualification des métiers nécessaires. Voila un beau sujet de discussion qui devra évidemment associer les syndicats et les salariés. Et puis, les organisations politiques et leurs élus doivent aussi assumer leur rôle dans l’élaboration des politiques publiques.

Par contre, on peut aussi s’inquiéter du "bonus-malus" sur les équipements et de la contribution sur l’énergie proposée par l’association : qui paye ? comment font ceux qui n’ont pas les moyens de remplacer leurs appareils électroménagers par d’autres plus performants ? Et puis, sur certains sujets, il faudrait sûrement être plus volontariste que ne l’est l’association. C’est le cas du ferroutage où Négawatt ne parle que d’incitation au transfert modal alors qu’il faudra certainement en passer par la loi. Et bien sûr, il faudra aussi revenir au wagon isolé et subventionner le fret ferroviaire. Donc désobéir aux directives européennes. De cela, l’association ne parle pas.

Et la maîtrise publique de la production d’énergie et notamment d’énergie nucléaire dans la période de transition ? A mon avis, le scénario ne l’évoque pas assez clairement. C’est pourtant un élément absolument nécessaire que l’on veuille engager la sortie du nucléaire ou assurer dès maintenant au maximum la sécurité des centrales existantes. Un dernier point. Négawatt propose de grands parcs éoliens et photovoltaïques alors que nous plaidons plutôt pour une relocalisation de la production d’électricité au plus près des lieux de consommation.

Pour autant, à la lecture du document, l’impression qui ressort est claire. Puisque c’est techniquement faisable, tout est affaire de volonté politique. Et donc de mobilisation citoyenne pour imposer cet intérêt général. Pour que les citoyens se mobilisent, il faut qu’ils soient informés, qu’ils puissent débattre et décider. Le scénario Négawatt a aussi un mérite essentiel à mes yeux. Il insiste sur l’importance de l’anticipation et de l’organisation de cette transition. L’association propose "une grande loi d’orientation" conçue entre l’Etat, le Parlement, les syndicats et le patronat, les collectivités locales et des associations. Au Front de Gauche, nous retenons une méthode proche, et nous lui donnons un nom : la "planification écologique". Avantage de notre méthode, elle est ne limite pas l’action à un seul épisode. La révolution culturelle et industrielle qui est a la clef devient une révolution permanente où la planification a un contenu démocratique et participatif constant.

(...)






Source : http://www.jean-luc-melenchon.fr/20...

Lire aussi :L’accord PS-Ecolos : le texte - original - complet

25 septembre 2020
Covid-19 : « Elle a bon dos, la science ! »
Entretien
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
25 septembre 2020
En pleine croissance, le réseau Biocoop est contesté sur le plan social
Enquête




Du même auteur       Jean-Luc Mélenchon