L’agroécologie enseignée aux futurs paysans‏

Durée de lecture : 1 minute

6 mai 2014 / Midi Libre

Pour sensibiliser les futurs paysans à un autre mode d’agriculture, le lycée agricole de Gignac offre à ses étudiants une ouverture à l’agroécologie. En espérant que cela suscitera des vocations...


« Pour ces futurs professionnels, il est indispensable de penser en terme d’agroécologie, de sensibilisation aux techniques de culture biologique », c’est en tout cas le point de vue de Franck Dugoul, professeur en deuxième année de section aménagement paysager.

Afin de les immerger dans une exploitation qui joue cette carte à 100%, il a emmené ses élèves à l’écodomaine de Vailhauquès. Les propriétaire des lieux, Rédouane Saloul et Isabelle Desplats, les ont accueillis dans cette optique et les ont fait participer aux travaux agricoles dans le plus pur esprit.

Ils ont ainsi « mis les mains dans la terre » et sont passés des travaux pratiques sur le site du lycée à des exercices grandeur nature. Au programme, repiquage de navet et fenouil en plein champs, rempotage de plants de tomate ou encore initiation à une technique de traction animale, la kassine.

« Après avoir vu et participé à la philosophie de Redouane, j’espère que les élèves feront mieux le lien entre ce qu’ils mangent et la qualité des aliments, la manière dont ils sont produits » confie Franck.

L’écodomaine est à la pointe de l’agroécologie et utilise les ressources locales, jusqu’au déchets des élagueurs qui sont par exemple récupérés pour en faire du broyat.

« Si à la fin de cette collaboration, les élèves ont compris qu’il faut nourrir le sol pour nourrir la plante, des choses simples comme ne pas tuer les vers de terre, j’ai tout gagné », résume leur professeur.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photo : Midi Libre

Lire aussi : « L’agriculture biologique peut nourrir le monde »

9 novembre 2019
Chute du mur de Berlin : les écologistes étaient en première ligne
Info
12 novembre 2019
Qu’est-ce qu’un nano-plastique ?
1 minute, 1 question
9 novembre 2019
« Notre histoire s’est bâtie pour partie sur des violences populaires »
Tribune