Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Tribune —

L’atome dans le vide


La façon dont les nucléaristes réagissent à la catastrophe de Fukushima fait penser à ces personnages de dessins animés qui continuent à courir dans le vide alors qu’ils ont dépassé depuis longtemps le bord de la falaise. Le rire surgit quand le personnage - le chat Tom, de Tom et Jerry, est un spécialiste du genre - regarde en bas, se rend compte qu’il est en l’air et chute sans rémission. Pour l’instant, nos personnages continuent de courir. On voit ainsi M. Sarkozy, l’homme qui voulait vendre un réacteur nucléaire à Mouammar Kadhafi, se rendre au Japon pour, de manière indécente, vanter devant ses hôtes la sûreté du réacteur EPR.

L’actuel président de la République ignore apparemment que, le 2 novembre 2009, les Autorités de sûreté française, britannique et finlandaise ont « chacune soulevé des questions techniques concernant le système de contrôle-commande de l’EPR », comme l’indique leur communiqué commun. A ce jour, la réponse d’EDF reste en examen. Le président semble aussi ne pas avoir entendu M. Lacoste, directeur de l’Autorité de sûreté nucléaire, évoquer, le 30 mars, un moratoire sur l’EPR en construction à Flamanville (Manche).

Les Tom de la galaxie nucléaire craignent de comprendre que, puisque les exigences de sûreté vont se durcir, le coût de l’électricité atomique va fortement augmenter. Les citoyens vont alors se demander s’il ne vaudrait pas mieux placer des ressources limitées dans d’autres paniers que celui qui peut exploser. « Les améliorations en termes d’efficacité énergétique, réalisables pour beaucoup au moyen de solutions peu coûteuses, offrent les plus grandes possibilités de réduire les émissions de CO2. Ce devrait donc être la priorité à court terme. » Qui écrit cela ? L’Agence internationale de l’énergie dans son rapport « Perspectives des technologies de l’énergie 2010 », paru à l’automne 2010. Dans le scénario de l’Agence permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre en 2050, les économies d’énergie représentent 38 % de l’effort, le nucléaire 6 %. Est-il impossible d’imaginer porter les économies d’énergie à 44 % ?

Mais plus encore que la discussion rationnelle, les Tom nucléaristes abhorrent la démocratie. Or oyez : les partis sociaux-démocrates allemand et autrichien ont annoncé, lundi 4 avril, qu’ils comptaient lancer un référendum européen sur la sortie du nucléaire, selon les modalités prévues par le traité de Lisbonne. Bonne idée ! Discutons vraiment du nucléaire entre Européens plutôt qu’entre Français : après tout, un accident dans un pays aurait des répercussions chez ses voisins. Le nucléaire ne peut plus relever de la seule souveraineté nationale.


Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende