L’autre Tour de France roule contre tous les dopages

Durée de lecture : 1 minute

4 juillet 2009 / Alter Tour

Départ le 4 juillet de l’Alter Tour, qui ira visiter les alternatives vivant sans les dopages qui minent la société.

Après 6 mois de préparation bénévole et collective, avec le partenariat de 26
organisations et le soutien moral de personnalités scientifiques, l’AlterTour
préparera son départ le 4 juillet dans le Centre-Ville de Besançon. Pendant les cinq semaines qui suivront, environ 150 cyclistes amateurs se relaieront le long d’un grand circuit continu traversant les villes de Strasbourg, Metz, Lille, Le Havre et Rennes, jusqu’au nord de Nantes.

Mais cet autre tour de France empruntera surtout des chemins reliant des lieux-dits peu connus : les cyclistes partiront à la rencontre de personnes discrètes qui
expérimentent en vraie grandeur des alternatives aux différentes formes de dopage dont souffre notre société vouée à la compétition généralisée : dopages
professionnel, agricole, économique…

Nous considérons que le dopage concerne tout procédé qui augmente temporairement certaines performances, mais qui provoque dépendances et
dégradations sur le long terme. Cette définition peut s’appliquer par exemple aux
plantes génétiquement dopées (OGM), ainsi qu’aux télécommunications dopées par les micro-ondes (téléphonie portable). Après avoir testé la présence d’OGM dans les champs longés par le tour 2008, nous réaliserons cette année des contrôles antidopage électromagnétiques, dont les résultats seront publiés quotidiennement.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source :} www.altertour.net