L’avenir : plus de travail pour moins de pollution

Durée de lecture : 1 minute

2 juillet 2018 / Arnaud du Crest

Arnaud du Crest, dans « Décarboner l’économie », montre que l’on peut, en revalorisant l’énergie de l’homme et son travail, à la fois recréer du travail et des emplois, et contribuer à une économie décarbonée, donc répondre à terme à la question des gaz à effet de serre.

  • Présentation du livre par son éditeur :

La réduction du temps de travail apparaît comme une tendance séculaire, qui irait dans le sens de l’histoire, et les débats sont toujours vifs sur la question de savoir si cette évolution est favorable à l’emploi. Mais si nous étions à l’aube d’un renversement de tendance, si le temps d’activité, professionnelle et domestique, devait augmenter ?

Dans l’avenir ce qui pourrait devenir universel, ce n’est pas le revenu, c’est le travail. Le travail au sens large de l’activité professionnelle et domestique, le travail au sens de l’œuvre réalisée et pas seulement du labeur. Le présent ouvrage présente une synthèse entre les enjeux de l’exclusion du travail des plus fragiles, et ceux des risques environnementaux dus à la consommation d’énergie fossile.

L’auteur montre que les deux phénomènes sont liés, et que l’on peut, en revalorisant l’énergie de l’homme et son travail, à la fois recréer du travail et des emplois, et contribuer à une économie décarbonée, donc répondre à terme à la question des gaz à effet de serre. L’objectif serait de recréer un million d’emplois en augmentant notre temps de travail marchand de 16 minutes par jour et en diminuant notre consommation d’énergie fossile.


  • Décarboner l’économie. De l’huile de roche à l’huile de coude, d’Arnaud du Crest, éditions Chronique sociale, avril 2018, 132 p., 12,5 €.

13 novembre 2019
Angélique Huguin : « Je continue de lutter parce que c’est une manière de rester debout »
12 novembre 2019
Paysans et défenseurs des animaux doivent s’unir contre l’industrialisation du vivant
12 novembre 2019
Pour les jeunes des centres sociaux, « la nature parle mais les hommes ne l’écoutent pas »