« L’écologie dans la ville », rencontre-débat à Bagnolet (Seine-Saint-Denis)

Durée de lecture : 1 minute


Le mardi
25
février




Le collectif citoyen Écolos solidaires avec la liste Bagnolet écologique et solidaire conduite par Tony Di Martino vous invitent à une

Rencontre-débat avec Dominique Bourg

philosophe, professeur honoraire à l’université de Lausanne
tête de liste d’« Urgence écologie » aux dernières élections européennes.

« L’écologie dans la ville »

L’empreinte écologique des grandes villes est énorme. Elles sont à l’origine d’une grande partie de la consommation des ressources naturelles, de l’énergie, de la pollution et des rejets de CO2.

Comment les villes peuvent-elle évoluer pour répondre aux urgences écologiques et sociales ?

Quelles priorités se donner et inscrire dans les programmes municipaux pour y faire face rapidement, dans un contexte budgétaire restreint ?

Quelle est la place pour la nature en ville et comment restaurer nos écosystèmes ?

Que signifient les mobilisations pour défendre la forêt de Romainville ou pour maintenir la bergerie des Malassis à Bagnolet ?

Le dernier ouvrage de Dominique Bourg « Le marché contre l’Humanité » apparu en 2019, appelle à « une véritable révolution de la démocratie ».

Pour répondre aux attentes exprimées par le mouvement des gilets jaunes et de tous ceux qui se mobilisent en faveur de l’environnement et du climat, quels changements institutionnels seraient souhaitables et applicables ?

Sans attendre, que pouvons-nous mettre en oeuvre pour renforcer la démocratie locale ?

En quoi répondre à l’urgence écologique peut-il permettre aussi de créer des emplois de proximité, de développer de nouvelles solidarités et d’envisager de nouvelles manières d’habiter nos villes ?





Centre social et culturel Anne Franck,
61 rue Girardot à Bagnolet
20h-22h

22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage
22 septembre 2020
À Dijon, une zad pour préserver un îlot de nature en ville
Reportage
21 septembre 2020
Carola Rackete : « Il ne s’agit plus d’être optimiste ou pessimiste mais de s’engager »
Entretien